Unir nos énergies pour un développement harmonieux du pays

Le secteur privé togolais prêt à jouer son rôle dans le financement du PND

Le secteur privé togolais prêt à jouer son rôle dans le financement du PND

Imprimer E-mail
(1 Vote)

Les membres du comité de concertation entre l’Etat et le secteur privé ont tenu leur réunion trimestrielle ce mardi 30 avril 2019 à la Primature à Lomé. Les travaux ont été présidés par le Premier Ministre Dr Komi Sélom Klassou, Président du comité de concertation.

Le Plan national de développement (PND) du Togo pour la période 2018-2022 offre une place de choix au secteur privé pour sa mise œuvre. Il est attendu de ce secteur, une contribution à hauteur de 65% pour son financement. Ce rôle clé du secteur privé dans le développement de l’économie togolaise était au centre de la rencontre du comité de concertation entre l’Etat et le secteur privé.

Il s’agit ainsi de renforcer la confiance mutuelle entre l’Etat et les acteurs du secteur privé ; de mieux informer le secteur privé sur les solutions majeures déjà apportées à certaines de leurs préoccupations et surtout d’échanger sur les stratégies concrètes de financement public et privé dans le but de favoriser la mise en œuvre effective du Plan national de développement (PND) 2018-2022. La rencontre a permis aux acteurs du secteur privé, de comprendre réellement leur rôle dans la mise en œuvre efficace du PND.

Présidant les travaux, le Chef du gouvernement Dr Komi Sélom Klassou, Président du comité de concertation entre l’Etat et le secteur privé, a présenté avec des membres du gouvernement les différentes réformes réalisées par le Togo dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires, de la modernisation de la fiscalité, de la réforme du foncier ainsi que de l’apaisement du climat socio-politique. Le gouvernement a fait un pas sensible dans l’assainissement des finances publiques avec l’apurement de toutes les factures en souffrance au trésor public. Résultat, la dette publique du Togo passe en dessous des normes de l’UEMOA et le taux est fixé fin mars 2019 à 67,3% du PIB contre 79% il y a deux ans, faisant du Togo le seul pays de l’espace qui respecte les cinq critères de convergence de l’UEMOA et le seul pays à respecter le déficit budgétaire qui doit être contenu dans la limite de 3% du PIB selon le ministre Sani Yaya de l’économie et des finances.

Enfin, le Premier Ministre a invité le secteur privé à prendre activement part au 1er forum Togo-Union Européenne les 13 et 14 juin 2019 à Lomé pour nouer des relations de partenariat.

Le secteur privé s’est dit rassuré par les différentes avancées enregistrées par le gouvernement pour favoriser un bon climat propice à l’investissement au Togo afin de créer des emplois décents, créer de la richesse et booster l’économie nationale.

Le comité de concertation entre l’Etat et le secteur privé a été mis en place par le décret 2017-049/PR/ du 31 mars 2017. Il se réunit une fois par trimestre.

www.unir.tg

Publié dans Economie, A la Une