Unir nos énergies pour un développement harmonieux du pays

Interview exclusive : Honorable Abiratou BONFOH, « Qui voyage loin, ménage sa monture »

Interview exclusive : Honorable Abiratou BONFOH, « Qui voyage loin, ménage sa monture »

L'honorable BONFOH Oubotina Abiratou, très connue sous le nom d'Abira BONFOH est Député à l'Assemblée nationale, élue aux élections législatives du 20 décembre 2018 dans la circonscription électorale de Bassar.

Occupant le poste de 1er Questeur, la native de Bassar (Kabou) assume efficacement le rôle de gestionnaire administrative et financière de l'Assemblée nationale. Elle est reconnaissable par son sourire facile et son sens du travail bien fait.

Femme engagée et fière de représenter dignement son électorat, l'honorable Abira BONFOH est consciente des hautes responsabilités qui lui incombent et auxquelles elle répond fidèlement en œuvrant à l'épanouissement des populations togolaises.

Présidente de la Fondation Asaal et de l'association AWA, l'honorable Abiratou est l'un des porte-flambeau pour l'enracinement du Grand Parti Unir dans le grand Bassar.

Dans une interview qu'elle a accordée à la rédaction de www.unir.tg,  l'honorable Abiratou invite le peuple togolais "à ne pas se tromper de combat et fausser la lecture du temps".

Voici en intégralité, son interview.

Depuis quelques mois, vous occupez une place importante au sein de la Représentation nationale. Quelles sont vos impressions en tant que députée ?

Après des mois de préparation et de campagne intensive, cette nouvelle fonction qui m’absorbe complètement, est pour moi une continuité naturelle dans ce que j’estime être ma citoyenneté. Au fond j’ai un fort sentiment d’être « un grand ouvrier de la République ».

D’abord, je voudrais préciser que tout député joue un rôle prépondérant au sein de la Représentation nationale.

Quant à mes impressions personnelles en tant que députée, c’est un sentiment de fierté mais aussi de grande responsabilité en trois points de vue notamment :

  • Fière de représenter mon électorat qui a placé en moi, une grande confiance et puis, tout un peuple qui perçoit le député à la fois comme son messager et son protecteur.
  • De cette fierté découle naturellement le sentiment d’une grande responsabilité, celle de ne pas trahir ce peuple, de répondre fidèlement à ses réelles aspirations et d’œuvrer à son plein épanouissement.
  • De cette responsabilité découle aussi une impression d’inquiétude. Parce qu’être un bon leader politique, ce n’est pas seulement de succomber à la facilité de satisfaire l’opinion ; c’est aussi d’avoir la capacité d’expliquer les choix opérés ! Et il arrive qu’un choix opéré, malgré le fait qu’il ne soit pas immédiatement apprécié par l’opinion, reste le meilleur choix à faire dans une logique de développement durable, ainsi que dans une approche d’appréciation du leadership transformationnel pour le développement durable au Togo.

Selon l’article 20 du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale du Togo, les questeurs, sous la haute direction et le contrôle du Président de l’Assemblée, sont chargés de la gestion administrative et financière de l’Assemblée Nationale. Parlez-nous de vos responsabilités en tant que questeur de l’Assemblée Nationale togolaise.

Un questeur est un membre du bureau d’une Assemblée parlementaire, chargé des problèmes d’administration intérieure de l’institution, de l’élaboration du budget en passant par la gestion du personnel, des locaux, et du matériel. Ainsi, au sein de l’Assemblée nationale togolaise, je suis chargée, en tant que 1er questeur, d’apprécier ″l’opportunité de la dépense‶ avant leur engagement, c’est-à-dire je suis chargée de veiller à l’orthodoxie dans la gestion administrative et financière de l’Assemblée nationale.

À ce rôle du 1er questeur, s’est ajoutée, par arrêté N°02/2019/AN/PAN la nomination de PRMP (PERSONNE RESPONSABLE DES MARCHES PUBLICS) de l’Assemblée nationale.

Etant PRMP, je suis donc, en plus de mes attributions du 1er questeur, chargée de mettre en œuvre les procédures de passation et d’exécution des marchés publics.