Unir nos énergies pour un développement harmonieux du pays

Interview Exclusive - Adoyi Essowavana : « C’est dans la concurrence que nous sommes sortis encore plus grands ».

Interview Exclusive - Adoyi Essowavana : « C’est dans la concurrence que nous sommes sortis encore plus grands ».

Il fait partie de ceux qui ont le plus perdu à Tchaoudjo après les évènements du 19 août 2017 qu’a connu notre pays le Togo. Malgré tout, il continue par défendre les idéaux du grand parti Unir et la vision de paix et de vivre-ensemble du Président du parti, le Distingué militant Faure Essozimna Gnassingbé.

Lui, c’est le militant Adoyi Essowavana Ahmed (Photo), Commissaire général des impôts et cadre Unir de la préfecture de Tchaoudjo.

Dynamique et épris du développement  socio-économique du pays en général et de son milieu en particulier, il œuvre pour la réalisation de plusieurs projets de développement.

 C’est dans la simplicité qu’il a accepté rencontrer l’équipe de www.unir.tg dans cet entretien exclusif.

La CENI vient de proclamer les résultats provisoires des élections locales, Unir Tchaoudjo a fait le plein. Comment s’est déroulée la campagne ?

« La campagne pour l’élection des conseillers municipaux s’est très bien déroulée. Elle s’est passée dans une ambiance festive doublée d’une ambiance d'unité. Le président du parti Unir, le Distingué militant Faure Essozimna Gnassingbé, étant un grand leader, a recadré et mis tous les cadres ensemble dans le but de valoriser les idéaux de notre parti. Ce qui fait que c'est dans l'unité que nous avons battu la campagne. Les populations étaient sorties de façon spontanée car, elles étaient toutes enthousiasmées surtout qu'il y a longtemps que les dernières élections locales ont eu lieu au Togo. Il y avait cet engouement, cette curiosité et le désir de voir quelque chose qui s’est produit il y a longtemps. C’est la preuve que le parti Unir n’a pas peur de la concurrence, mais bien au contraire c’est dans la concurrence que nous sommes sortis encore plus grands. »

Unir Tchaoudjo se porte-t-il à merveille ?

« Justement, quand les contestations du 19 août 2017 ont commencé, les gens avaient cru que c’était fini pour notre parti.  Mais depuis les législatives du 20 décembre 2018, le parti Unir a prouvé qu'il est un grand parti. Il l'a déjà fait depuis les élections présidentielles avec des scores très élogieux, donc tout cela prouve à suffisance que le parti Unir est un grand parti, et il n'a pas peur de la concurrence. S’il arrive  qu’il s'en sorte,  c’est pour montrer sa capacité. »

Les attentes des populations de Tchaoudjo sont énormes, les brèches de 2017 sont là mais le social doit jouer un grand rôle. Quel message avez-vous à l’endroit de ces Conseillers municipaux qui ont été élus pour le compte du parti Unir dans votre localité ?

« Les Conseillers élus par la population de Tchaoudjo sont tous des militants de notre grand parti Unir. Et c’est ensemble avec eux que nous faisons le travail au quotidien. Dans tous les milieux, les situations sont pareilles .Ces Conseillers vont devoir faire des efforts pour que la population puisse vivre quotidiennement dans une situation de bien-être. Il y a déjà des projets de construction  d’infrastructures sanitaires, scolaires et routières que le gouvernement essaie de mettre en œuvre. Que la population de Tchaoudjo fasse confiance au Chef de notre parti,  et aux cadres du grand parti Unir. Avec le PND que le gouvernement a mis en marche, il nous faut de la confiance. On voit aussi qu'on peut créer des situations pour que  Tchaoudjo soit une terre de rêve du Togo. On fera tout pour qu’il y ait un cadre propice pour que la jeunesse puisse s'épanouir. Il faut que la jeunesse aussi de son côté se réveille pour apporter sa contribution au développement de notre préfecture. Il faut que la jeunesse oublie le passé et vive le présent. La jeunesse doit porter elle-même des initiatives créatrices de richesses et d’emploi. Nous les cadres, nous ferons tout possible pour être à leurs côtés comme nous l'a recommandé le Président du parti. »

2020 c’est maintenant. Quelles sont les dispositions que les cadres de Tchaoudjo vont prendre pour que nous soyons sur la même lancée en matière électorale comme nous l’avions connu lors des législatives et des locales où Tchaoudjo a fait un bon score sur l’échiquier national ?

«  En ce qui concerne la préfecture de Tchaoudjo,  nous espérons que nous pouvons continuer à travailler. Nous devons travailler davantage pour, d’abord sauvegarder ceux qui ont voté pour nous et  pour avoir  plus de votants en 2020. Nous devons aussi travailler pour renforcer notre unité et essayer de voir, chacun de son coté, comment contribuer à cela. Il faut aussi que tous les fils et filles de Tchaoudjo fassent davantage confiance au Chef de notre grand parti. Il faut prendre en considération toute les doléances survenues lors des campagnes pour les législatives et les communales. Il faut que nous écoutions la jeunesse car les jeunes aiment qu'on soit proche d’eux. Les quatre communes de Tchaoudjo seront utilisées pour qu’en 2020, l’élection soit à l'avantage de notre parti. »

www.unir.tg

En savoir plus...
Publié dans Interviews
Elections locales de juin 2019- Florence Yawa Ahofa Kouigan : « Au  parti Unir, nous sommes des gagnants ! »

Elections locales de juin 2019- Florence Yawa Ahofa Kouigan : « Au  parti Unir, nous sommes des gagnants ! »

Charmante, joviale, toujours souriante avec des cheveux noirs parsemés de blancs, yeux bleus elle fait partie de cette frange de la jeunesse  qui maintient l'appareil gouvernemental du président de la République. Elle, c'est madame Florence Yawa Ahofa Kouigan, Directrice-adjointe de l'information et de la communication de la Présidence de la République togolaise. Elle a été promue Secrétaire Exécutif Adjointe du parti Unir le 29 mai 2019. Tête de liste Unir dans la commune de l'Ogou 1, elle a l'obligation de résultat.

Dans sa modestie, elle a accepté nous accueillir dans son bureau au Palais de la Marina, pour une interview exclusive à la rédaction de www.unir.tg.

En tant que tête de liste Unir dans la commune de l’Ogou 1, comment a été la campagne ? Et quel bilan pouvez-vous nous faire de cette campagne électorale ? 

« Merci pour la question, la campagne, elle a été, comme j'ai toujours eu l'occasion de le dire, très festive. Nous avons été heureux d'aller à la rencontre de nos parents. C'était une joie réciproque. Nous avons été partout très bien accueillis. Il y avait beaucoup d'entente en terme de message et nous avons été très heureux de porter le message du parti Unir à nos compatriotes, à nos concitoyens de la première commune de l'Ogou comme partout ailleurs dans le pays pour tous les candidats qui étaient en lice pour ces municipales. Globalement la campagne s'est très bien passée. »

Le parti Unir a remporté la majorité des sièges dans la commune de l’Ogou 1, quel a été votre secret quand on sait que c’est une zone où les ténors de l’opposition également étaient présents ?

« Cela a été une rencontre avec nos populations. Nous sommes allés dire un certain nombre de choses à nos concitoyens, à nos compatriotes, à nos parents des trois cantons d'Atakpamé et il se trouve que nous avons eu raison de parier sur leur sagesse. Au moment de faire le choix crucial avant de glisser le bulletin dans l'Urne, ils se sont posé les bonnes questions. Ces questions, nous avons eu l'occasion de les réviser durant la période de la campagne électorale. Ces questions tiennent essentiellement à une chose : quelle est la formation qui est capable de porter les ambitions de développement que nous avons ? Il se trouve qu'ils ont très bien répondu à cette question. C’est celle qui le fait déjà. Nous avons la chance au niveau du parti Unir d'être présents à la tête de l'exécutif. Nous avons la chance d'avoir une large majorité Parlementaire et les électeurs ont très sagement décidé de confier la majorité au sein des conseils municipaux au même parti dans une logique de continuité, d'adhésion à la vison que porte le chef de notre parti, le Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé. »

Quelles sont, aujourd’hui, les attentes des populations de la commune  de l’Ogou 1 qui ont porté leur choix sur la liste Unir en attendant la confirmation des résultats par la Cour Suprême ? 

« Les attentes ne sont pas différentes de tout ce qu'on trouve dans les coins du pays. Elles tiennent à l'accélération du développement, elles tiennent à la croissance inclusive et c'est cela le premier message qui ne nous a pas échappé, qui a été émis au lendemain de la proclamation des résultats par le Secrétaire Exécutif de notre parti. Nous prenons la juste mesure de la responsabilité qui est la nôtre à travers la confiance que les électeurs ont réitérée à la vison du chef de l'Etat, au projet de société du parti Unir et donc il s’agira maintenant de mettre en œuvre le développement. Nous avons un cadrage jusqu'en 2022 qui est celui du Plan national de développement (PND 2018-2022). Il servira à mettre en œuvre les grandes actions. S’agissant de l’élection des conseillers municipaux, dans chaque localité, il faudra affiner en fonction des besoins et des attentes, mais je veux dire qu'elles sont assez uniforme comme je l'ai dit au début, il s’agit d'accélérer le développement,  de répondre à un certain nombre d'urgences. Elles varient ; nous avons l'urgence de la route, d'accessibilité à certains endroits,  les infrastructures sanitaires et d'autres types d'infrastructures communautaires en fonction de la mille-feuille institutionnelle et des compétences qui sont dévolues aux collectivités territoriales notamment au niveau communal. Nous nous organiserons pour répondre dans un climat inclusif d'échanges permanents et de partage aux attentes de nos population d’Atakpamé et ailleurs également. »

Pensez-vous que la population vous donnera encore ce crédit quand on sait que nous sommes à la veille de l’élection présidentielle et que vous devez, en un laps de temps, les convaincre ?

« Je vais vous faire une confidence, j'en suis encore plus certaine au sortir de ces élections parce que si vous voulez, nos compatriotes sont déjà convaincus. J'en veux pour preuve le plébiscite qu'ils ont accordé à nos candidats aux élections locales, au Président de Notre parti qui est le Chef de l'Etat, parce qu'en votant aussi massivement les listes présentées par notre parti, les populations ont voulu dire, “nous avons confiance en vous, nous croyons en ce que vous faites et nous adhérons à votre vision’’. Donc je suis encore plus confiante  au sortir de ces élections municipales en l'adhésion de la population togolaise dans sa large majorité à la politique de développement de Son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé. »

Votre présence dans le Bureau Exécutif du parti sera-t-elle un atout pour le Grand parti Unir ?

« Je crois fermement que c'est en équipe qu'on gagne, donc le Secrétariat Exécutif sera une équipe gagnante parce qu'elle était déjà habituée à gagner. Elle va bénéficier du concours de tous pour être toujours dans la même lignée d’une équipe gagnante.  Au  parti Unir, nous sommes des gagnants ! »

Pour conclure, un message à l’endroit de vos sœurs, vos frères, vos tantes qui vous ont plébiscitées, et à travers vous, toute la liste du parti Unir dans la commune de l’Ogou 1.

« Le message ne change pas beaucoup. J’ai l'habitude de dire que la symbolique même du nom de Notre parti Unir est, à elle toute seule, un message autant qu'une religion. Nous avons l'habitude de clamer lorsque nous avons des réunions publiques, “quand on est uni, on est fort’’. Je crois que mon message tient à cela. Quand on est uni, on est fort. Gardez à l’esprit  qu’en toute chose, pour l'intérêt général, nous devons rester unis, parce que les élections dont nous sortons et dont vous avez très élogieusement parlées au début de cet entretien, nous confirment que c’est  en restant unis que  nous  pouvons parvenir á grand- chose. On réalise ce qu'on appelle des miracles mais qui, en réalité, ne sont pas des miracles mais le fruit d'un travail organisé et structuré. »

www.unir.tg

 

En savoir plus...
Publié dans Interviews
S'abonner à ce flux RSS