Unir nos énergies pour un développement harmonieux du pays

Hommage de l'ancien Premier Ministre Joseph Kokou Koffigoh.

Hommage de l'ancien Premier Ministre Joseph Kokou Koffigoh.

Kokou TOZOUN

(In memoriam)

Il est natif du sol où règna Kpoyizou

Souverain des Adja, qui a lutté naguère

Contre l'envahisseur. Le Ministre Tozoun

A sans doute hérité du flegme de ce père.

En dehors du métier, ce maître du silence

Cultivait en tout lieu, surtout la discrétion.

Il travaillait beaucoup, prenait peu de vacances.

C'est pourquoi il succombe en servant la nation.

Il s'était distingué d'abord au journalisme.

Le syndicalisme l'occupa pour un temps.

C'était à l'époque de tous les activismes

Qu'a connu le pays au fil des ouragans.

Et le Baobab l'aimait et l'a pris sous son ombre;

Il l'a servi beaucoup jusqu'au cinq février

De cette année fatale où éclata la bombe

Qui faillit emporter ce pays de pionniers.

Entre-temps il avait connu des Ministères

Les dossiers compliqués, mais il s'en est sorti;

Et la Justice et les Affaires Étrangères

Ont déjà témoigné qu'il les a bien servies.

Depuis quelques années on mit sous son contrôle

L'éthique des médias, quelles que soient leurs bords

Et il fit ce qu'il put pour assumer ce rôle,

Même si les journaux ne sont pas tous d'accord.

Certains ne le voyaient qu'en partisan d'Unir

Et ne se privaient pas de lui cirer la planche

Dans leurs fameux canards, sur les réseaux et pire;

Mais d'autres lui trouvaient une âme juste et franche.

Nous osons espérer qu'au sein de la famille

Le Dieu consolateur et miséricordieux

Opère en ce moment dans les cœurs qui vacillent,

Et que sa lumière l'éclaire dans les cieux.

Adieu Kokou Tozoun! Nos prières te suivent,

Mais aussi tes œuvres accomplies ici-bas;

Que la Providence te guide à l'autre rive

Chez le Dieu d'Abraham et de ton peuple Adja.

Joseph Kokou Koffigoh

Poème inédit

Lomé le 29 février 2016

 

Publié dans Politique

Disparition de Kokou Tozoun

Kokou Tozoun, le président de la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) est décédé lundi des suites d’une courte maladie, a-t-on appris auprès de l’institution.

Ancien syndicaliste, ministre des Affaires étrangères puis de la Justice avant de prendre les reines de la HAAC, M. Tozoun était un homme discret, affable, toujours à l’écoute des autres.

Il a été l’artisan de la réforme de la justice et des médias.

www.republicoftogo.com

Publié dans Politique
Selon Jeune Afrique.coml’arrestation d’un opposant agite la classe politique.

Selon Jeune Afrique.coml’arrestation d’un opposant agite la classe politique.

Antoine Randolph, qui dirige depuis la France un parti togolais d’opposition aujourd’hui endormi, a été arrêté le 22 février à la frontière entre le Togo et le Bénin par les services de renseignement togolais.

Qui est Antoine Randolph ?

Médecin vétérinaire de profession, Antoine Randolph a été très actif dans les années 1990 au sein de l’opposition à feu Gnassingbé Eyadema. Exilé en France depuis plus de vingt ans, il préside une formation politique, le Rassemblement national pour la démocratie et le panafricanisme (RNDP), aujourd’hui assoupie mais demeurant très critique à l’égard du pouvoir togolais. Âgé de 70 ans, Antoine Randolph est un proche de Mathieu Cichocki, activiste polonais qui anime un blog très hostile au régime togolais. En 2010, ce médecin basé à Colmar, dans l’est de la France, était très impliqué au sein de la diaspora dans les mouvements de contestation de la victoire de Faure Gnassingbé à la présidentielle de mars 2010.

Détention confirmée par les autorités

Selon sa famille, Antoine Randolph est « porté disparu depuis le 22 février 2016 ». L’information révélée par les médias, a été relayée le 24 février par un courrier officiel de Jean-Pierre Fabre, président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et chef de file de l’opposition. « Je vous prie de bien vouloir clarifier cette situation et me faire savoir les circonstances ainsi que les raisons de cette arrestation. Vous voudrez également me préciser par la même occasion le lieu de détention de M. Randolph Antoine », a écrit Jean-Pierre Fabre.

Contacté par Jeune Afrique, le colonel Yark Damehane a indiqué que le septuagénaire arrêté à la frontière Togo-Bénin est « détenu à la direction centrale du Renseignement intérieur pour nécessité d’enquête », sans plus de détail. D’autres sources indiquent néanmoins que l’homme serait cité par les services de renseignement d’un pays de la sous-région dans une affaire de recrutement de jeunes ex-rebelles. Une manifestation était prévue vendredi devant l’ambassade du Togo à Paris pour exiger la libération d’Antoine Randolph.

Edmond D'Almeida

Publié dans Politique
Faure Essozimna Gnassingbé à New-York pour les 50 ans du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Faure Essozimna Gnassingbé à New-York pour les 50 ans du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) célèbre cette année son cinquantième anniversaire.

Pour marquer cette occasion, le PNUD organise une réunion ministérielle mercredi à New York.

Le président togolais, Faure Gnassingbé, qui séjourne depuis hier mardi à New York participera donc à la réunion  ministérielle qui constitue l’un des temps forts des 50 ans de cette organisation de l’ONU qui  apporte aux pays des connaissances, des expériences et des ressources afin d’aider les populations à bâtir une vie meilleure .

L’objectif de la réunion ministérielle est de célébrer les réalisations du PNUD au cours de ces cinq dernières décennies et de définir une ligne de conduite pour l’avenir du développement mondial.

Les ministres feront part de leur vision quant à la manière dont le PNUD, au cours des prochaines années, pourrait contribuer le mieux aux efforts déployés par les pays pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD).

La réunion sera axée sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Les participants auront l’occasion d’exposer leur vision d’une mise en œuvre réussie du Programme de développement durable, ainsi que leur point de vue sur le rôle du PNUD en tant que partenaire pour atteindre les ODD.

 

 

Publié dans Politique
Communiqué sanctionnant le Conseil des ministres du jeudi 18 février 2016.

Communiqué sanctionnant le Conseil des ministres du jeudi 18 février 2016.

Le conseil des ministres s’est tenu, ce jeudi 18 février 2016, au Palais de la Présidence de la République, sous la conduite du Président de la République,  Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé.

Au cours des travaux, le conseil a adopté un (01) décret et écouté deux (02) communications et des divers.

Le décret pris par le conseil porte application de la loi n° 2012-016 du 14 décembre 2012 modifiée par la loi n° 2015-011 du 02 décembre 2015.

Il précise les attributions, l’organisation et le fonctionnement de l’Office Togolais des Recettes (OTR) crée par la loi de 2012 précitée.

Il précise également les attributions des organes de supervision de l’OTR, à savoir, le conseil de surveillance et le conseil d’administration, ainsi que les organes de gestion.

Le nombre de membres du conseil de surveillance est fixé à trois (03) pour un mandat de deux (02) ans renouvelable une (01) fois.

La première communication suivie par le conseil porte sur les budgets programmes et les reformes administratives à engager par l’Etat dans les mois à venir.

Ces reformes résultent des directives de l’UEMOA qui ont été intégrées dans le corpus juridique national. Elles induisent un changement notable dans la gestion du budget de l’Etat qui ne sera plus voté par service administratif mais plutôt par programme et par dotation.

La nouvelle approche est rendue nécessaire par la ‘‘gestion axée sur les résultats’’ prônée par l’UEMOA. Ainsi, chaque institution et ministère pourra élaborer et faire adopter deux (02) à six (06) programmes au maximum.

Le budget programme permet donc de rapprocher les ressources sollicitées des résultats à réaliser par chaque ministère ou institution, et une meilleure appréciation des dépenses publiques à budgétiser.

L’adoption de cette méthodologie entraîne des changements dans le mode de gestion de l’administration publique ; par exemple le ministre ou le président d’une institution devient l’ordonnateur principal des crédits de son budget, et un nouvel acteur apparait dans le processus, à savoir, le responsable de programmes.

Ce dernier détermine les objectifs spécifiques, affecte les moyens et contrôle les résultats des services chargés de la mise en œuvre du programme. Il s’assure du respect des dispositifs de contrôle interne et de contrôle de gestion.

Pour assurer l’efficacité de la réforme, le conseil a instruit le ministère chargé de l’économie et des finances de réfléchir sur la nouvelle organisation des ministères et institutions afin que ceux-ci soient formés et prêts pour la mise en œuvre de la réforme.

Enfin le conseil a suivi une communication relative à la prise en compte des amendements faits par le conseil lors de l’examen de l’avant-projet de loi d’orientation de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le conseil se félicite de cette prise en compte qui permet l’adoption de l’avant-projet de loi visant à impulser une nouvelle dynamique dans la gestion de l’enseignement supérieur dans notre pays.

Au titre des divers, il a été rendu compte au conseil des résultats du congrès électif à la Fédération Togolaise de Football (FTF) du 13 février 2016. La FTF est désormais dotée d’un nouveau comité exécutif présidé par le lieutenant-colonel Guy Akpovy.

Le conseil a félicité tous les intervenants, notamment le ministère des sports et le comité de normalisation pour le travail accompli, et a souhaité que notre sport roi retrouve rapidement sa place sur l’échiquier national et international.

Un point à date a également été fait au conseil concernant l’épidémie de méningite qui sévit dans notre pays. A ce jour, nous déplorons 417 cas dont 29 décès. Il a été constaté, malheureusement, une extension de l’épidémie dans la région centrale (38 cas dont 2 décès) et dans la région des savanes (43 cas avec 3 décès).

Dans les prochains jours, des opérations massives de vaccination des populations dans les zones touchées vont compléter l’ensemble des mesures entreprises.

Ces actions du gouvernement sont soutenues par nos partenaires techniques et financiers, notamment l’OMS, l’UNICEF et l’ICG que le conseil a tenu à féliciter pour leur engagement.

Enfin, la collecte des données du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC), débutée dans les régions de l’intérieur, se poursuit dans la région maritime.

D’ores et déjà on peut noter une participation massive des populations à cet exercice qui donnera lieu à une cartographie précise des besoins prioritaires des populations en vue d’apporter les solutions les plus adaptées aux préoccupations exprimées.

Fait à Lomé, le 18 février 2016

Le Conseil des ministres

Publié dans Politique
Réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans promise par le président sénégalais : Macky Sall dribble son peuple et certains médias togolais

Réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans promise par le président sénégalais : Macky Sall dribble son peuple et certains médias togolais

Les réseaux sociaux et certains journalistes assujettis à l'opposition ne manquaient pas d'éloge à l'endroit du président sénégalais Macky Sall. Pour eux, Macky Sall n'est pas sale mais très propre et blanc comme neige. Il a donné une belle leçon de démocratie à l'Afrique en soumettant au Conseil Constitutionnel son projet de réduire son mandat en cours de 7 ans à 5 ans. Bravo, s'exclamaient ces ignorants car pour eux, Macky Sall est un homme de parole.

Macky Sall a promis au peuple sénégalais, lors de la campagne présidentielle, que s'il était élu, il ne ferait jamais les sept (07) ans de mandat prévus par la Constitution sénégalaise mais il ramènerait à cinq (05) ans ce mandat pour donner un bel exemple au monde entier. Ce débat s'était transporté au Togo où l'opposition n'hésitait pas à dire que si Macky Sall peut faire une révision constitutionnelle et l'appliquer immédiatement, pourquoi le Togo ne peut pas faire la même chose ? Et elle ne cessait de donner l'exemple du Sénégal comme étant le bon chemin que toute l'Afrique devait suivre. C'était mal connaître la roublardise de Macky Sall qui a floué les Sénégalais pour les amener à porter leur choix sur lui.

Au début de son mandat, il a laissé entendre qu'il tiendrait parole et que pour lui c'était une question d'honneur sans pour autant entreprendre aucune démarche dans ce sens. C'est lorsqu'il a amorcé sa cinquième année de règne que le président sénégalais a introduit le projet de loi au Conseil Constitutionnel pour avis. Les Sénégalais croyant à la bonne foi de leur président, ne pouvaient pas douter qu'il ferait volte-face.

Mais à la surprise générale, Macky Sall, dans une allocution radiotélévisée le lundi dernier, a laissé entendre qu'il poursuivra son mandat de sept (07) ans et organisera l'élection présidentielle en 2019 en lieu et place de 2016 promis au peuple sénégalais. Pour ce faire, il se rabat sur l'avis donné par le Conseil Constitutionnel.

" Sur l'application de la réduction au mandat en cours du Président de la République, le Conseil constitutionnel considère que cette disposition doit être supprimée, au motif qu'elle n'est conforme ni à l'esprit de la constitution, ni à la pratique constitutionnelle ", a indiqué le Président sénégalais. Et pourtant lorsqu'il faisait la promesse au peuple, il connaissait bien l'existence du Conseil Constitutionnel mais il s'était engagé à le faire. D'ailleurs, ses détracteurs n'ont pas tardé à réagir.

Selon le président de la RADDHO, Aboubacry Mbodj : "Nous considérons que le président de la République n'est pas allé jusqu'au bout de son engagement. Parce que l'avis du Conseil constitutionnel, comme son nom l'indique, est un avis non conforme, c'est différent d'une décision. Comme c'est différent d'une décision, c'est à lui que revient la primeur. Il peut poliment et respectueusement dire au Conseil : "J'ai reçu votre avis mais moi je respecte l'engagement auquel j'ai souscrit devant le peuple sénégalais et devant l'opinion internationale". Et c'est différent du référendum. Là, c'est le peuple qui, à son tour, va se prononcer sur l'engagement auquel il a souscrit de ramener son mandat de 7 à 5 ans et de l'appliquer". Or Macky Sall avait fermement promis à la Coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar (BBY), qui l'a porté au pouvoir, d'écourter son mandat en le ramenant à 5 ans au lieu de 7 ans.

Voilà le vrai visage de celui qui se présente comme le chantre de la démocratie en Afrique et grand donneur de leçon. Il n'a pas hésité à truander son peuple en faisant des promesses fallacieuses qu'il était sûr de ne jamais tenir. Où sont passés les Togolais qui prenaient le président sénégalais comme l'exemple à suivre ?

Que sont devenus ces journalistes godillots qui écrivaient des titres ronflants faisant l'éloge de Maky Sall et jetaient l'anathème sur le Togo ? Où sont-ils passés ceux qui passaient leur temps sur les réseaux sociaux à brandir Macky Sall comme un trophée de guerre ?

En tout cas, le Président sénégalais vient de leur démontrer que les lois constitutionnelles ne sont jamais rétroactives et que son histoire de réduire son mandat en cours était juste une arnaque politique pour gravir les marches de la magistrature suprême.

Pour ce faire, il a juste embobiné le monde entier et surtout certains Togolais ignorants qui l'adulaient et qui ont vite fait d'importer le débat sénégalais au Togo. Mais les hommes avisés savaient que le président sénégalais n'allait jamais écourter son mandat car il n'est pas sûr de gagner le prochain scrutin. En lieu et place d'une élection présidentielle anticipée pour répondre à sa promesse, le président sénégalais a annoncé plutôt le référendum pour cette année en vue de laisser le peuple se prononcer sur la question, notamment la réduction du mandat de 7 à 5 ans.

Ces Togolais qui avaient avalé les fausses promesses de Macky Sall sont à présent muets comme une carpe. Ils ne sont plus visibles ni sur les réseaux sociaux, ni dans les colonnes de journaux. Mais au Sénégal, les organisations de la société civile se musclent pour combattre leur président qui les a prises pour des idiotes.

Aliziou Dominique

 

.

Publié dans Politique
Lutte contre la criminalité transfrontalière:Les FAT en exercice à Lomé.

Lutte contre la criminalité transfrontalière:Les FAT en exercice à Lomé.

Le quartier administratif de Lomé abrite ce matin un exercice des Forces Armées Togolaises (FAT) dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la criminalité transfrontalière.

Selon le communiqué du ministère de la défense des anciens combattants, cet exercice des hommes en uniformes participera à la préparation commune des différentes forces à "faire face à des défis sécuritaires en milieu urbain".

A en croire certains observateurs, cet entrainement qui vise a renforcer la capacité opérationnelle des hommes en uniformes serait lié à la menace audio qui fait le tour des réseaux sociaux depuis mercredi et signée du groupe Ansar Al Nour.

Un message audio qui fait craindre la présence des groupes islamistes au Togo qui pourraient s’attaquer à tout moment au pays.

Toutefois, cet exercice des forces de défense et de sécurité au centre ville n’entravera pas le déroulement normal des activités socio-économiques des populations de la ville de Lomé, précise le communiqué.

Publié dans Politique
Kpekpe-Togo 2016 « La diaspora togolaise, levier d’un Togo émergent »

Kpekpe-Togo 2016 « La diaspora togolaise, levier d’un Togo émergent »

Communiqué de Presse

Par Antoine K. GBEKOBU, Administrateur Délégué du FOSED

16 février 2016

Depuis quelques années, le gouvernement togolais, à l’instar d’autres pays de la sous-région, s’efforce d’intensifier sa collaboration avec les communautés diasporiques en vue d’une meilleure capitalisation de leurs contributions. En appui aux initiatives entreprises, le FOSED (Forum Socio-Economique de la Diaspora), plateforme panafricaine de promotion et de valorisation des contributions diasporiques au profit des pays d’origine, a l’honneur de vous informer qu’un Forum de la Diaspora Togolaise sera organisé à Lomé du 27 au 31 juillet 2016 à l’hôtel Eda Oba.

 

Dénommé Kpekpe-Togo 2016, cette première rencontre est placée sous le thème central « La diaspora togolaise, levier d’un Togo émergent ». Kpekpe-Togo 2016 a pour ambition de jeter les bases d’un cadre innovant d’échanges permanents pour créer et promouvoir des conditions favorables à la pleine participation de la diaspora togolaise au développement de la mère-patrie.

 

Quelles sont les mesures spécifiques et concrètes prises pour encourager la participation de la diaspora togolaise au processus de développement socio-économique de leur pays d’origine ? Quels sont les acteurs (publics et privés) qui offrent des produits et services adaptés aux besoins/demandes de la diaspora (tant à l’étranger que sur le territoire national) ? Quelles sont les synergies à promouvoir pour favoriser et accélérer les collaborations dans un esprit de partenariat gagnant-gagnant ? Tels sont quelques-uns des sujets qui seront abordés par les participants à Kpekpe-Togo 2016.

C’est dans cette perspective que FOSED vous offre la possibilité de passer une communication, de tenir et d’animer un stand d’informations, de participer aux panels de discussions, d’animer un déjeuner d’affaires, etc. N’hésitez pas, les inscriptions en ligne sont ouvertes pour enregistrer votre participation à cet évènement inédit qui consacre la montée en puissance des initiatives diasporiques au Togo.

 

Acteurs politiques et autorités administratives, opérateurs économiques et capitaines d’industries, investisseurs et présidents de chambres de commerce, représentants d’institutions économiques et commerciales, experts et consultants, enseignants et chercheurs, médecins et ingénieurs, porteurs de projets et philanthropes, etc., ce forum est le vôtre. Nous vous invitons vivement à cet important rendez-vous d’échange et de partage pour le développement socio-économique du Togo.

 

Pour toute information sur le forum, veuillez visiter notre site Internet à l’adresse: www.fosed-diaspora.com.

Publié dans Politique
Unir Italie portée sur les fond batismaux

Unir Italie portée sur les fond batismaux

UNIR France

Dr BABINA Nicolas,

Président du Bureau provisoire d’UNIR France

Epinay-sur-Seine,

le 31/01/2016

A

Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE

Président Fondateur d’UNIR, Président de la République

J’ai eu l’honneur de présider l’Assemblée Générale (AG) de création d’UNIR Italie le 23 Janvier 2016 à Milan, et dont voici un rapport succinct.

 

Cette AG est l’aboutissement d’un travail, que depuis maintenant plusieurs mois, plusieurs sympathisants d’UNIR résidant en Italie ont préparé avec beaucoup d’enthousiasme et de détermination. C’est pour moi un grand honneur d’avoir été associé à ce travail de bonne qualité que j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt.

 

Une création d’une section à l’étranger reconnue de notre Parti ne pouvant pas se faire sans autorisation, je me suis préalablement référé à vous pour solliciter cette autorisation, notamment lors de l’audience que vous nous avez faite l’honneur de nous accorder pendant la COP21.

 

J’ai saisi l’opportunité, pendant cette AG, pour vous remercier et vous féliciter, au nom de la Diaspora en Italie et en France, pour la politique de paix et de développement accéléré de notre Pays pour l’amélioration des conditions de vie au Togo.

.

À l’issue de cette AG, un Bureau Directeur provisoire  composé de dix sept (17) membres d’UNIR Italie, a été élu.

 

Monsieur KPOLOKPOLO Kibalou Magloire, Président de ce Bureau provisoire, dans ces discours successifs, vous a remercié pour l’énergie que vous dépensez sans compter pour améliorer le bien-être des togolais.

Par les acclamations nourries dans la salle à votre évocation, j’ai pu mesurer la forte adhésion de l’Assemblée à votre politique.

 

Je vous remercie et vous prie, Excellence Monsieur le Président Fondateur d’UNIR et Président de la République, ma très haute et déférente considération.

 

Dr BABINA Nicolas,

Président du Bureau provisoire d’UNIR France

 

 

 

Publié dans Politique
Messe de requiem à Paris du 11 ème  anniversaire du rappel à Dieu du  Président GNASSINGBE Eyadema.

Messe de requiem à Paris du 11 ème anniversaire du rappel à Dieu du Président GNASSINGBE Eyadema.

La messe de requiem du 11ème anniversaire du rappel à Dieu du père de la Nation, le Président GNASSINGBE Eyadema a eu lieu en l’Eglise la Madeleine de Paris le Samedi 6 Févier 2016 à 18 heures.

.Une foule immense de la Diaspora togolaise en France, composée de sympathisants et de ceux qui ont combattu Gnassingbé  Eyadema, est venu prier pour le repos de son Âme.

Feu Président Gnassingbé Eyadéma a présidé à la paix non seulement dans notre Pays, mais aussi dans la sous-région et en Afrique toute entière. Il a été un infatigable artisan de la paix.

A l'issue de la messe, des échanges fraternels se sont poursuivies dans une ambiance paisible dans la Salle Saint Étienne, à la recherche et à la préservation de la paix.

 Lors des cérémonies, l’Ambassadeur du Togo en France, Son Excellence Monsieur Calixte MADJOULBA, et l’Ambassadeur du Togo à l’UNESCO, Son Excellence Monsieur SambianiLARE, étaient présents.

Par le Dr BABINA Nicolas, Président du Bureau provisoire d’UNIR France.

 

Publié dans Politique
S'abonner à ce flux RSS