Edem KODJO : « l’Afrique n’est pas totalement un élément qui compte effectivement dans le monde »

587 fois

Ancien secrétaire général de l'OUA (aujourd'hui UA), ancien Premier ministre Togolais, aujourd'hui président de la Fondation de Pax Africana, Edem Kodjo ne manque aucune occasion pour se prononcer sur les grands sujets de l'heure. 

L'occasion lui était encore donnée lors de la 3è Conférence du Club Diplomatique de Lomé, où il s'est interrogé avec la fibre panafricaniste   qu'on lui connaît, sur la place du continent africain sur l'échiquier économique mondial.

Jusqu'à présent, selon Edem Kodjo, « l’Afrique n’est pas totalement un élément qui compte effectivement dans le monde ». Il explique le fait que l’Afrique soit toujours à la traîne malgré ses énormes richesses naturelles et en ressources humaines.

« L’Afrique ne manque pas de bras valides ou d’hommes pour transformer les richesses naturelles du continent. Malheureusement, les frontières héritées de la colonisation constituent un obstacle à l’épanouissement des peuples », a-t-il expliqué.

« Tels qu’ils se présentent actuellement, ils risquent d’incarner pour longtemps, la misère et la pauvreté », a-t-il souligné.

A en croire le Président Fondateur de Pax Africana, « les Etats, pris individuellement, ne peuvent pas être, à eux seuls, des nations économiquement fortes », car ils ont toujours des pieds et des mains liés par l’occident.

Pour l’ancien Premier ministre togolais, "des pays du continent, généralement classés parmi les plus pauvres, possèdent paradoxalement dans leur sous-sol, des richesses étonnantes mais les Etats ne seront pas en mesure de transformer eux-mêmes tout cela en force et en puissance. Par conséquent, les puissances européennes poussent ces pays à signer des accords dont seule l’Europe tire profit".

Il poursuit son analyse en prenant le cas des Accords de Partenariat Economique (APE) qui d’après ce dernier, « ont plutôt détruit l’économie des pays africains signataires, à cause de la franchise ou d’exonération des droits de douanes et taxes fiscales sur les produits européens très compétitifs sur le marché africain et européen ».

« Les partenaires européens envoient certains de leurs produits sur le continent sans taxes et droits de douanes et les revendent à bon prix. Dans le même temps, les produits africains, arrivés sur le marché européen, souffrent de compétitivité à cause de leur qualité », a-t-il fait savoir.

Aujourd'hui, Pour Edem Kodjo, il est nécessaire de faire du panafricanisme le levier de la politique africaine pour résoudre le problème.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Unir Togo

UNIR est un Parti politique porté sur les fonts baptismaux lors de son Assemblée générale constitutive du 14 avril 2012 à Atakpamé et signifie « Union pour la République ».

Vidéo

watch?v=7MuhmcXfcgI