Eau potable au Togo : le gouvernement mise sur deux ambitieux projets dans les Savanes

22 Jul 2021 161

Le gouvernement togolais dans sa politique de développement a mis en place une feuille de route. Pour ce qui est du secteur de l'eau, cette feuille de route envisage une desserte en eau potable à 95% en zone rurale, 85% en zone semi urbaine, 80 % dans le Grand Lomé et 75 % pour les autres centres urbains à l'horizon 2025.

La partie septentrionale du Togo est l'une des régions où l'accès à l'eau potable reste un défi à relever en dépit des énormes investissements qui ont été mis en place. Cette situation a amené le gouvernement à engager deux ambitieux projets.

Le premier projet dénommé PND-EAU, vise à alimenter les villes des Savanes depuis le barrage de DalwaK. Inauguré le 5 janvier 2002 après 4 ans de travaux, le barrage de Dalwak est le plus grand au Togo en fourniture d’eau de boisson avec une profondeur de 12,5 m et une longueur de 7 km. Il est situé au sud-ouest de la ville de Dapaong et reste la principale source d’approvisionnement en eau potable de la ville avec une capacité de dix millions de m3, dont seulement 500 000 m3 sont utilisés par an.

Avec une ressource en eau suffisante, un dédoublement de la capacité de l’usine de production de potabilisation du barrage de Dalwak (7000m3/j) se fera afin d’alimenter les villes concernées. Si à Mandouri, c'est à partir de la rivière que la desserte en eau potable se fera, les préfectures de Cinkansé et Tandjoaré quant à elles seront desservies à partir du barrage de Dalwak. Une canalisation depuis Dapaong avec une zone tampon à Timbou où seront construits des bâches de stockage d'où le refoulement de l'eau se fera jusqu'à Cinkansé (30 km de Dapaong).

A Kpendjal où la mobilisation de la resource en eau souterraine est difficile, il est envisagé une prise d'eau sur la rivière Kpendjal. Ainsi cette eau sera traitée afin d'alimenter Mandouri et les localités environnantes.

En attendant le démarrage effectif des travaux de ce projet ambitieux qui s’étend sur toute l’étendue du territoire national (prise en rivière, forages, château d’eau, mini-adduction d’eau, etc), plusieurs autres projets sont en cours de réalisation dans la région des Savanes.

Le deuxième projet est celui de l’aménagement Hydraulique multi usage de Nagbeni, grâce auquel le gouvernement a réalisé un forage qui alimente désormais la localité à travers des bornes fontaines. Ce château d'eau d’une capacité de 50m3 a permis de réaliser 11 bornes fontaines qui desservent environ 5000 habitants en eau potable à Nagbeni et à Namounbaga.

Le projet comporte également un deuxième volet qui est l’aménagement d’un espace hydro-agricole de 28 hectares pour la production des cultures de contre saison.

Aussi faut-il préciser que toujours dans le souci de renforcer le taux de couverture en eau potable dans la région des savanes, le projet BID/UEMOA qui est dans sa phase d'exécution réalisera à terme 11 mini adductions d'eau et 31 forages afin de desservir plus de 75000 personnes en milieu rural et semi urbain.

Quant au projet PASSCO 2 également en cours, la réalisation de 200 forages équipés de pompes à motricité humaine, la réhabilitation de 100 forages existants y compris 100 latrines à construire dans les centres de santé, les établissements scolaires et dans les communautés sont attendus. Faisant passer le taux de couverture à l’eau potable en milieu rural de 67% à 72% dans la région des Savanes.

© Copyright © 2019 UNIR | Design by ITPLEX