Les cadres UNIR de la Préfecture de Mô sensibilisent la population à la non-violence

478 fois

Une délégation des cadres UNIR de la préfecture de Mô a organisé une rencontre d’échange et d’éclaircissement ce samedi 26 août 2017, sur l’actualité des évènements récents au Togo, au Chef-lieu de la préfecture.

La rencontre avait regroupé les chefs cantons, les chefs villages, les points focaux, les responsables de services et d’association, des partis politiques, des personnes ressources ainsi que les enseignants de la localité.

Après la prière d’ouverture, le Préfet de la localité M. ANAKPA a souhaité une cordiale bienvenue à tous les participants et, sans hésiter, a expliqué aux participants que cette rencontre s’inscrit dans l’initiative des cadres de la préfecture à Lomé en vue d’apporter des éclaircissements sur les évènements en cours dans notre pays. Il a, à cet effet, souhaité un excellent déroulement de la rencontre à tous les participants.

Prenant la parole à son tour, le Président des cadres, Monsieur TCHODIE P. Kokou, Commissaire des Services Généraux à l’Office Togolais des Recettes (OTR), a tout d’abord remercié toute la population pour la volonté et la disponibilité dont font preuve cette population à chaque fois qu’elle est sollicitée. Il a tout d’abord, interpellé les participants sur les évènements du 19 août 2017 dans notre pays.

Pour planter le décor, le Président a expliqué à tous les participants que le message fort de la rencontre que détient lui-même et sa suite est « la paix, la paix et encore la paix pour le Togo et la région centrale en général et pour la préfecture de Mô en particulier ». Se penchant donc sur les évènements actuels, il a demandé a chacun de faire dorénavant preuve de vigilance en ce qui concerne les messages véhiculés ces derniers moments sur les réseaux sociaux, en l’occurrence les messages vocaux, afin d’éviter les intoxications qui sont pour la plupart du temps de nature à déstabiliser notre pays.

Selon le Président, les moyens de communication sont de nos jours très poussés, ce qui fait du monde actuel un village planétaire où plusieurs communautés peuvent diffuser des évènements réels ou virtuels au même moment dans plusieurs endroits. Selon lui, les participants sont au courant de ces évènements et c’est pour cela que les cadres se sont fait le devoir de venir vers eux pour qu’ensemble une lumière puisse être faite sur tout cela. Profitant de l’aubaine, le Président a fait savoir à l’assistance que les causes de ces évènements déplorables survenus la fois dernière reposent essentiellement sur les réformes. En effet, depuis son avènement au pouvoir, le Chef de l’Etat SEM Faure Essozimna GNASSINGBE, a engagé plusieurs projets de réformes tant économique, sociale que politique en vue de promouvoir le développement de notre pays. C’est dans cette logique qu’il a, par  exemple, procédé à la création de la nouvelle institution financière dénommée Office Togolais des Recettes (OTR) en fusionnant les départements de douanes et des impôts, le développement des routes ainsi que la réforme au sein de l’armée pour ne citer que ceux-là.

Pour les réformes politiques axées sur les réformes constitutionnelles et  institutionnelles qui se résument pour certains à la limitation du mandat présidentiel à 5 ans renouvelable une seule fois, un scrutin uninominal à 2 tours, le Président des cadres a attiré l’attention de l’assistance sur le fait que le Chef de l’Etat a mis en place une commission chargée de ces réformes qui est même en tournée sur toute l’étendue du territoire en vue de recueillir l’avis du peuple togolais à cet effet. Il a également souligné que conformément aux textes en vigueur dans notre pays, seules les urnes peuvent départager les candidats aux élections présidentielles. Cependant, les initiateurs des évènements passés, ignorant ces textes en vigueur et le principe fondamental selon lequel la loi ne dispose que pour l’avenir, estimaient qu’à travers leur marche, ils pourraient occasionner le départ du Chef de l’Etat. Tout en reconnaissant aux détracteurs leur droit à la manifestation, le Président a déploré les dérapages qui ont coûté la vie à certains compatriotes à Sokodé. Dans ce sens, il a posé la question de savoir si c’est par cette voie qu’il fallait procéder pour accéder au pouvoir. Il a également interpellé toute l’assistance sur l’importance pour nous tous de préserver ce dont nous disposons déjà (la paix) car, selon lui, lorsque nous perdons un en moins et que nous gagnons un en plus, nous n’avons pas en réalité gagné quelque chose. Donnant l’exemple de la guerre inter ethnique du Ghana qui a opposé les Concombas aux Dagombas, le Président  a expliqué de nos jours, les pays qui ont vécu la guerre interpelle tout le peuple togolais et lui demande de tout faire pour préserver la paix dans le pays car on sait quand ce désastre commence mais on ne sait pas quand il termine. Il a ensuite exhorté les Chefs cantons, les chefs villages, les responsables de services d’association, les enseignants ainsi que tous les autres participants à œuvrer ensemble dans la sérénité afin de préserver cette paix dans notre pays. Il a enfin rappelé à tous les participants que la préservation de la paix n’est pas l’affaire d’une seule personne. Pour cela, tous les acteurs politiques, toutes les couches sociales, femmes et enfants doivent apporter leurs contributions pour la construction de la paix dans notre pays, car qui va lentement, va sûrement. Pour divertir la foule, le Président a donné l’exemple de la course entre la souris et l’éléphant  en disant prouvant que la souris court sur place mais quand l’éléphant décide de courir, le ciel et la terre sont au courant et le cas de l’opposition et notre grand parti.

Prenant à son tour la parole, le Vice-président des cadres, Monsieur OURO-BAWINAY Difèzi a relevé le danger qui existe lorsque le fondement politique d’un parti se repose sur la religion ou sur l’appartenance ethnique, terrain sur lequel semble surfer nos adversaires du PNP. Pour en convaincre davantage les participants, il a donné comme exemple les désastres causés par cette façon de faire dans les pays comme le Rwanda (HUTU contre TUTI). Dans cette perspective, il a interpellé tout le monde à faire preuve de vigilance, de discernement, de  patience, de courage, d’entente et de cultiver l’amour autour d’eux pour ne pas se faire embarquer dans une aventure avec des conséquences lourdes et incalculables afin de permettre le vrai développement de notre préfecture. Pour plus d’éclaircissement, le Vice-président a posé une question à l’assistance de savoir pour quelle raison le leader du PNP a lancé la marche.

En réponse, les participants n’ont pas pu donner une raison unanime, chacun de son côté a donné une réponse comme il l’a compris. Ces divergences dans les réponses ont permis au Vice-président de leur faire comprendre qu’en réalité, ils poursuivent un objectif qu’eux-mêmes ne maitrisent pas et pour ce faire, chacun devrait être vigilant pour ne pas se faire intoxiquer.

A cet effet, il a lancé un appel à la base lui demandant de chercher à se référer aux cadres dès lors qu’ils reçoivent une information pouvant susciter une réaction de leur part.

Prenant à son tour la parole, le Directeur Général des Intrants agricoles (CAGIA) du Ministère de l’Agriculture, Monsieur TEZIKE Madadozi, a remercié tous les participants pour la volonté, la disponibilité et le sérieux dont ils ont fait preuve au cours de ces débats tout en leur rassurant que les cadres sont très conscients de leurs préoccupations et se préparent pour revenir incessamment tenir une journée de réflexion ensemble avec eux afin d’organiser certaines activités de développement qui permettront un développement harmonieux de notre jeune préfecture. Au cours de cette journée, tous les problèmes de notre jeune préfecture seront relevés pour qu’ensemble des pistes de solution soient dégagées.

Prenant également la parole, Monsieur KLOUN Bayé, traducteur, conseiller du bureau des cadres a édifié la population sur les enjeux politiques  prochains au cours desquels notre préfecture aura la chance de se garantir un siège et deux(2)  communes et pour ce faire, il a invité la population  à rester unie et mobilisée derrière les cadres pour soutenir la vision du Chef de l’Etat pour développement de notre cher pays le TOGO. 

Les participants de leur côté  ont tour à tour pris la parole pour remercier de façon unanime l’initiative des cadres d’organiser cette rencontre, car, selon eux, l’heure était grave. Ils ont axé leurs préoccupations sur l’irrégularité des cadres sur le terrain, le manque de sensibilisation et de formation des militants du grand parti UNIR, la lenteur dans la communication, le système d’information très défectueux et poreux. Ils ont également relevé que le parti privilégie certaines personnes qui se croyant incontournables et pour leurs intérêts personnels provoquent parfois des troubles en vue d’en profiter.

Ils ont également relevé un manque de volonté de la part des premiers responsables du parti qui n’appuient pas financièrement ni les cadres ni les points focaux en vue de leur faciliter la tâche sur le terrain.

Comme solutions, ils ont souhaité que dorénavant et les cadres et les points focaux soient tous appuyés financièrement, qu’un accent particulier soit mis sur l’emploi des jeunes.

En réponse, le Président et le Préfet ont remercié les participants pour la pertinence de leur intervention et ont exhorté les uns et les autres à cultiver autour de soi l’amour, la paix et la tolérance et que toutes les préoccupations seront prises en comptes par les cadres.

En ce qui concerne les fossoyeurs, ils ont demandés aux participants de leur laisser à leur âme et conscience et les ont aussi rassuré que toutes les mesures seront prises pour mettre fin à ce désordre.

Ils ont souhaité un bon retour à tous les participants et la délégation a continué dans le canton de Tindjassi où elle a rencontré également les populations dudit canton pour lui prodiguer les mêmes conseils.

                                                                                          Fait à Lomé le 27 juillet 2017

                                                                                                    Le rapporteur                                                                           


                                                                                                ASSABO Haratokou

www.plainedemo.com

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Unir Togo

UNIR est un Parti politique porté sur les fonts baptismaux lors de son Assemblée générale constitutive du 14 avril 2012 à Atakpamé et signifie « Union pour la République ».

Vidéo

watch?v=7MuhmcXfcgI