junior

Le monde entier célèbre chaque 12 août, la journée internationale de la Jeunesse. Pour marquer la célébration de cette journée dédiée à la jeunesse, la branche du grand parti Union pour la République (UNIR) consacrée à la jeunesse, le Mouvement des Jeunes Unir (MJU) a organisé ce dimanche 12 août 2018, un gala de football sur le terrain Nazod de Kégué.

IMG-20180812-WA0071.jpg

Le gala a regroupé six (6) équipes dont quatre (4) masculines et deux (2) féminines. Karmel Fc, Espoir Fc, Natchaba Fc et Kégué Fc sont les équipes qui ont joué dans la catégorie masculine et Vodea Fc et Futur Star ont joué pour le compte de la catégorie féminine.

IMG-20180812-WA0072.jpg

Si chez les hommes, c'est Karmel Fc qui est sacrée championne en venant à bout de Natchaba Fc sur un score de 1 but contre 0, chez les dames, c'est  Vodea FC qui a ravi la vedette à Futur Fc sur également un score de 1 but contre 0.

IMG-20180812-WA0075.jpg

Outre les prix composés de jeu de maillot, des ballons et d'enveloppes financières qui varient de 50.000F à 100.000 F,  les meilleures équipes (Karmel FC et Vodea Fc) sont reparties avec des trophées mis en jeu par les organisateurs.

IMG-20180812-WA0074.jpg

La Déléguée chargée des affaires associatives et culturelles, la militante Clarisse Ganda a rappelé à la jeunesse le rôle qui est le sien dans la construction d'un Togo paisible et prospère. Elle a également rappelé cette jeunesse à rester mobilisée derrière le Président Faure Essozimna Gnassingbé.

« Nous avons choisi le football qui est un jeu fédérateur pour rassembler la jeunesse dans toute sa composition afin de leur passer les idéaux de paix, de tolérance et de pardon que prône notre parti Union pour la République », a-t-elle  indiqué.

IMG-20180812-WA0076.jpg

Instituée en 1999 par les Nations Unies, la célébration de la Journée Internationale de la Jeunesse le 12 août de chaque année consiste à faire de la jeunesse un facteur de paix et de développement harmonieux.

www.unir.tg

Une délégation du parti Union pour la République (Unir) a rencontré ce samedi 11 août 2018 à Munich les Togolais vivant en Allemagne. Les échanges ont porté sur la situation sociopolitique au Togo.

« Le Togo face aux enjeux et défis de l'heure » c'est le thème au cœur des échanges entre la délégation du Parti conduite par le Vice-Président région Centrale, le militant Atcha Affoh-Dédji et les compatriotes restés hors du pays. Les discussions ont porté sur les derniers développements de l'actualité politique au Togo, notamment le dialogue inter-togolais et les recommandations de la CEDEAO.

IMG-20180811-WA0034.jpg

Tour à tour, les membres de la délégation ont expliqué la position du Parti sur la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles ainsi que celles liées au cadre électoral. Ils ont aussi relevé les avancées enregistrées depuis le début du dialogue par les deux parties et les concessions faites avec la libération de plusieurs détenus arrêtés et condamnés dans le cadre de certaines manifestations violentes.

La délégation a enfin réitéré l'engagement du Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président du Parti, de travailler pour l'opérationnalisation des différentes réformes pour aller aux urnes le 20 décembre 2018.

IMG-20180811-WA0024.jpg

Outre le Vice-Président Atcha Affoh-Dédji, la délégation était composée aussi de la Trésorière Générale du Parti, la militante Yawa Tségan, de la militante Secrétaire d'Etat Nakpa Polo, et des militants Pacôme Adjourouvi et Christian Trimua tous deux conseillers à la Présidence de la République.

www.unir.tg

Une délégation de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), conduite par son président Jean Claude Kassi Brou a rencontré ce mercredi 8 août 2018, à Lomé, les représentants du grand parti Union pour la République (UNIR), du gouvernement et de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition dans le cadre du dialogue politique inter-togolais.

Faire le point de la mise en œuvre des décisions contenues dans la feuille de route adoptée par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, lors de la 53ème session ordinaire le 31 juillet dernier à Lomé, tel est l’objectif principal de cette rencontre avec les protagonistes de la crise sociopolitique togolaise.

dial2.jpg

Selon le président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Brou, cette rencontre leur a permis d’échanger avec les deux parties sur les propositions dans le  chronogramme et la mise en œuvre des différentes actions définies par les Chefs d’Etat.

« La Commission de la CEDEAO fera bon usage de ce qu’elle a entendu cet après-midi et on en fera un compte rendu aux deux facilitateurs de la crise sociopolitique togolaise. Nous allons travailler résolument dans ce sens afin d’accompagner l’ensemble des parties et le Togo à organiser des élections transparentes et fiables », a-t-il confié à la presse.

Jean Claude Brou a exhorté les acteurs politiques togolais à travailler dans un esprit d’ouverture et de compromis afin que le peuple togolais puisse s’exprimer dans les délais requis.

Il a également salué la disponibilité et l’engagement des présidents ghanéen et guinéen, Nana Akufo Addo et le Prof Alpha Condé grâce auxquels des progrès et acquis ont été enregistrés.

A l’issue de cette rencontre de concertation, la Commission de la CEDEAO devra soumettre dans les prochains jours, un projet aux facilitateurs qui servira de plan d’action au Comité de Suivi lors de sa prochaine rencontre qui se tiendra avant la fin du mois d’août à Lomé.

www.unir.tg

Le Mouvement des Jeunes Unir (MJU) a procédé samedi 4 août 2018, à l’installation de ses différents comités de base dans le canton d'Aflao-Gakli dans le Golfe .

WhatsApp Image 2018 08 06 at 16.36.52Le comité préfectoral, les comités communaux, cantonaux ou de zones, les mouvements des jeunes et des femmes sont entre autres nouvelles structures locales du Parti dont dispose cette localité. Les membres de ces différents comités de base auront la lourde responsabilité d’animer la vie du Parti pour les trois (3) prochaines années.

Ils devront également travailler pour l’implantation du parti Unir dans les différentes localités de cette préfecture.

WhatsApp Image 2018 08 05 at 20.54.39 1

Avant l’installation de ces bureaux, le militant Kossi Aboka a sensibilisé les populations sur la politique des grands travaux entrepris par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, Président du parti Unir et sa politique de développement.

« Nous sommes venus apporter un message de paix et de mobilisation de la part du président du Parti et de toutes les instances du Parti.WhatsApp Image 2018 08 06 at 16.36.54

Nous leur avons demandé de soutenir les actions du Chef de l’Etat afin que nous parvenions ensemble à l’émergence que nous avons tant souhaitée pour notre pays», a-t-il lancé.

Selon le délégué préfectoral MJU Aflao-Gakli le militant Jean-Claude Fintakpa, l’installation des structures de base du parti Unir dans le canton d'Aflao-Gakli amorce une nouvelle ère pour le parti Unir et marque la fin du mutisme. Désormais, rien ne sera plus pareil, a-t-il ajouté.

WhatsApp Image 2018 08 06 at 16.36.53 1

Les jeunes militants des comités de base de investis se sont réjouis du choix porté sur eux avant de promettre aux cadres du Parti, de travailler pour la propagation des idéaux et valeurs du parti Unir dans leurs localités.

La mise en place des nouvelles structures dans toutes les localités du pays  s’inscrit dans le processus de renouvellement des instances du Parti qui a été entériné par la tenue du congrès Statutaire du parti Unir les 28 et 29 octobre dernier à Tsévié.

C’est désormais chose faite. L’on connait maintenant l’identité de celui qui va succéder au président togolais Faure Gnassingbé à la tête de la CEDEAO. A l’issue de la 53ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO qui s’est tenue le 31 juillet 2018, dans la capitale togolaise, Lomé, le président Nigérian Muhammadu Buhari a été élu par ses pairs, président de cette organisation sous régionale pour un mandat d’un an.

Au soir des travaux, le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, a félicité son homologue du Nigéria pour sa brillante élection et lui a souhaité par la même occasion, plein succès dans les différentes tâches qui l’attendent.

« Je salue et félicite SEM Muhammadu Buhari pour son élection à la tête de la CEDEAO. Au nom du peuple togolais et en mon nom propre, je lui souhaite plein succès à la tête de notre communauté », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Au regard des grands défis auxquels cet espace communautaire est confronté, Faure Gnassingbé a la ferme conviction que son successeur « saura conduire à bon port les chantiers de l’intégration sous régionale ».

Il a également remercié ses homologues et leurs différents peuples pour la confiance placée en lui durant ces douze derniers mois de défis communs.

Pour finir, le président sortant de la CEDEAO dont le pays, le Togo a accueilli en deux jours seulement, trois importantes rencontres notamment les sommets de l’UEMOA, CEDEAO-CEEAC et celui de la CEDEAO, a témoigné sa gratitude à l’ensemble des Chefs d’Etats qui ont pris part à ces différentes rencontres.

« Je tiens à adresser mes vifs remerciements à l’ensemble de Chefs d’Etats ayant pris part aux 3 sommets tenus à Lomé. L’esprit de fraternité qui a prévalu au cours de ces 3 rendez-vous régionaux conforte notre espérance en une intégration plus soutenue », a-t-il indiqué.

Faure Gnassingbé laisse  derrière lui un mandat positivement apprécié par ses pairs. Au cours de son mandat, il s’est fortement impliqué dans la résolution de la crise sociopolitique bissau-guinéenne. Il a également entrepris plusieurs actions pour accélérer la création d’une monnaie unique des Etats membres et d'un espace de libre-échange.

www.unir.tg

Les dirigeants ouest-africains ont tenu ce mardi 31 juillet 2018 à Lomé, la 53ème  conférence des Chefs d'États et de gouvernements de la CEDEAO. A l'issue des travaux, d'importantes décisions ont été prises sur plusieurs sujets liés notamment, aux crises dans l'espace et à la vie de l'institution.

Cette session a permis aux dirigeants de la sous-région, de revenir sur la question de la monnaie unique, des réformes au sein de l'institution, des crises sociopolitiques dans plusieurs pays, notamment la Guinée-Bissau et le Togo. Ils ont aussi procédé à l'élection d'un nouveau président en exercice de la CEDEAO.

C'est le Président de la République Fédérale du Nigeria Muhammadu Buhari qui a été porté à la tête de l'institution et succède au Togolais Faure Gnassingbé.

Sur la situation politique au Togo, « la conférence des Chefs d'État exhorte le Gouvernement à procéder à la révision intégrale du fichier électoral en vue de l'organisation le 20 décembre 2018 des élections législatives ».

Dans son communiqué final, la conférence « invite le Gouvernement et les acteurs politiques à œuvrer en vue de l'adoption des réformes constitutionnelles en prenant en compte, entre autres, les points suivants, le mode de scrutin à deux tours pour l'élection du Président de la République; la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels; la recomposition de la Cour Constitutionnelle pour notamment revoir sa composition et limiter le nombre de mandats de ses membres; le renforcement du processus électoral ».

Pour la réalisation de ces réformes, la CEDEAO recommande la voie parlementaire pour l'accélération du processus de leur mise en œuvre, le cas contraire, la conférence recommande que ces réformes soient soumises aux consultations électorales.

Un comité de suivi des recommandations sera mis en place.

www.unir.tg

Le gouvernement togolais réagit après la publication du rapport de la Ligue Togolaise des Droits de l'Homme (LTDH) le 30 juillet 2018 sur la situation des droits de l'Homme depuis le 19 août 2017.

Dans son rapport, la LTDH évoque 22 morts, 941 blessés dont 202 par balle, 472 arrestations, 255 personnes libérées et 53 toujours en détention. Le rapport fait également cas de violations de droits de l'homme avec notamment des assassinats, des maltraitances psychologiques, des extorsions de biens, des pillages et vols, des tentatives d'enlèvement et menaces, des exactions commises sur les mineurs, des viols, des rafles militaro-policières, ainsi que de la torture et des traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Pour la LTDH, les auteurs de ces violations sont les agents de l'État, notamment les agents du Service de Renseignement et d'investigation (SRI), des groupes de militaires, des agents des unités de police et de gendarmerie, des préfets, des milices et des hommes politiques membres du parti au pouvoir.

Le gouvernement s'indigne et dénonce un "bilan partisan et dénué de tout fondement objectif". « Le but visé par cette sortie médiatique de la LTDH, est de faire porter au gouvernement, la responsabilité des violences et des dérapages ayant entraîné des pertes en vies humaines. Le moment et la date choisis pour la publication d'un tel rapport en disent long sur les réelles intentions de leurs auteurs », lit-on dans un communiqué du Secrétariat d'État chargé des Droits de l'Homme.

« Le gouvernement exprime sa désapprobation face à cette présentation tendancieuse du contexte et du bilan des manifestations depuis le 19 août 2017 », poursuit le communiqué.

Enfin, « le gouvernement rejette en conséquence les accusations fallacieuses et non fondées de la LTDH et appelle une fois de plus toutes les organisations de défense des droits de l'homme à plus d'objectivité et de professionnalisme dans l'accomplissement de leur mission ».

Le gouvernement dit se réserver le droit de donner une suite judiciaire à ce dossier après analyse complète du contenu dudit rapport.

www.unir.tg

Depuis plus d'un demi-siècle, le 31 juillet de chaque année est célébrée la Journée de la Femme Africaine à travers le continent.

Cette année 2018 au Togo, cette journée du 31 juillet est célébrée autour du thème « Femme,  Élections et Paix pour un Développement Durable ». Ce thème choisi par le ministère de l'Action Sociale, de la Protection de la Femme et de l'Alphabétisation a été savamment incarné par le Mouvement des Femmes Unir (MFU) qui place la femme au cœur du développement au Togo.

Et c'est à travers un mot d'exhortation que la Déléguée nationale de ce mouvement a appelé toutes les femmes togolaises en générale et les femmes du grand parti UNIR en particulier, à cultiver la Paix, à jouer pleinement leur rôle dans les instances électorales pour bénéficier de la parité hommes/femmes prônée par le chef de l'Etat et enfin soutenir les efforts du président de la République dans sa lutte pour la promotion des droits de la femme.

Voici en intégralité, le mot d'exhortation de la Déléguée nationale du MFU, Mme Kayi Lawson de Souza, rendu public ce 31 juillet 2018.

31 juillet 1962 - 31 juillet 2018

Il y a de cela 56 ans, à l’initiative des femmes ouest-africaines, la toute première assemblée des femmes de tout le continent africain, portait sur les fonts baptismaux, l’organisation dénommée "CONFÉRENCE DES FEMMES AFRICAINES", c'était le 31 juillet 1962 à Dar- es- Salam en TANZANIE.

 Un an après sa création, le Bureau Exécutif réuni à Abidjan en Côte d'Ivoire, décida d’instituer une journée en l'honneur de la Femme Africaine, dans le souci de réhabiliter cette dernière dans tous ses droits, de combattre l’ignorance et l’injustice. Depuis lors, le 31 juillet est devenu une journée de solidarité des femmes africaines, célébrée chaque année pour marquer la prise de conscience des femmes africaines, de leurs valeurs typiquement africaines, mais aussi et surtout, faire du continent mère, un continent de prospérité, de liberté et de paix.

 À cet effet, un thème est choisi chaque année à l'échelle nationale par le ministère de l’action sociale, de la protection de la femme et de l'alphabétisation. Celui de ce 31 juillet 2018 s’intitule : « FEMME, ÉLECTIONS ET PAIX POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE ».

Très chères militantes convaincues de notre grand PARTI UNIR, ce thème nous interpelle à double titre

1) dans notre rôle de reproduction (porteuses de vie), nous devons rechercher la paix pour pérenniser l’existence humaine. Je voudrais à ce titre nous exhorter à cultiver la paix partout et en tout temps, à entretenir cette paix sans laquelle aucun développement n' est possible, à semer dans tous les cœurs le germe de cette paix qui, lorsqu'elle est instaurée, permettra au Président Fondateur de notre grand parti UNIR, Président de la République, Chef de l' État, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, de ne penser qu' au développement durable de notre chère nation.

2) Nous n’oublions pas le vœu cher au Président fondateur de notre Parti, Président de la République de voir la parité homme / femme s’instaurer dans notre  pays. Je voudrais donc nous rappeler le devoir civique que constitue le droit de vote. Les échéances électorales sont déjà à nos portes et en tant que citoyens tout court, c’est aussi notre droit d’aller à la recherche de suffrages, en osant nous positionner sur les listes électorales qu'elles soient locales ou législatives, au même titre que les hommes. Nous devons le faire pour soutenir notre Président dans sa lutte inlassable pour la promotion de nos droits. Cessons de n'être que des électrices, soyons aussi des candidates, soyons éligibles, c’est notre droit.

Je vous souhaite une bonne et belle fête de la Femme Africaine, dans toute votre beauté et votre intelligence.

AVEC UNIR, LA PARITÉ EST RÉALITÉ

AVEC UNIR, L’AVENIR EST GARANTI

BONNE FETE

Le mandat du Chef de l'Etat Faure Essozimna Gnassingbé à la tête de la Conférence des Chefs d'Etats et de gouvernements de la CEDEAO est à terme depuis juin 2018. Son successeur sera connu le 31 juillet 2018 à l'issue du sommet de l'institution à Lomé.

En prélude à ce sommet, un sondage exclusif d'opinion sur la gouvernance du Chef de l'Etat à la tête de la CEDEAO et d'autres questions liées à la sous-région a été publié ce dimanche 29 juillet à Lomé. Le sondage a été réalisé par l'Institut de Prospective et de Sécurité en Europe sur 1783 députés des pays membres de la CEDEAO et du parlement de l'espace.

Il ressort globalement que le Chef de l'Etat Faure Gnassingbé a rempli sa mission à la tête de la CEDEAO. Il récolte une note de 7,9 sur 10 pour sa bonne gouvernance et la  résolution de la crise Bissau-Guinéenne. 54% d'opinion reste favorables à la monnaie unique au sein de la CEDEAO et 75% favorables à l'élargissement de l'espace à d'autres pays, notamment le Maroc.

notation faure 1.jpg

Pour Bruno Fanucchi, Grand Reporter et présentateur des résultats du sondage, « il s'agit d'une enquête d'opinion réalisée à la veille du sommet de la CEDEAO à Lomé sur la période du 15 juin au 18 juillet 2018 ».

« L'Institut de Prospective et de Sécurité en Europe a voulu réaliser un sondage donnant une photographie instantanée des députés des 15 pays de la CEDEAO se prononçant sur les institutions, l'élargissement et les problèmes de sécurité qui vont être traités au cours du sommet de la CEDEAO. Il ressort que la CEDEAO sous la présidence togolaise a fait un bon travail », a déclaré Bruno Fanucchi.

La publication des résultats de ce sondage intervient quelques heures avant la tenue de la Conférence des Chefs d'Etats et de gouvernements de la CEDEAO. Le même sondage a été réalisé à la veille de la conférence d'Abidjan en novembre 2017.

Les offices religieux pour la réussite des trois sommets de Lomé les 30 et 31 juillet 2018, se sont poursuivis ce dimanche avec un culte protestant et une messe catholique à Lomé et à l'intérieur du pays.

unir messe 3.jpg

Ces offices religieux demandés par le parti Union pour la République (Unir) ont permis d'implorer la grâce et la bénédiction du Seigneur des mondes pour le bon déroulement de ces grandes rencontres qu'abrite notre pays.