Appuyés par la Facilité africaine de l’eau (FAE), les gouvernements du Ghana et du Togo ont signé en décembre 2014 un mémorandum d'entente qui porte sur la construction d'une canalisation destinée à acheminer de l'eau potable depuis la Volta inférieure, au Ghana, jusqu’à la ville de Lomé - dont profiteront également les communautés qui se trouvent le long de cette voie de transfert d’eau, au Ghana.

La FAE a offert une subvention de 1,4 millions d’euros au Ghana, destinée aux travaux de préparation technique, juridique et financière du projet, qui fera l'objet d'un partenariat public-privé (PPP). Cette aide de la FAE sera complétée par une subvention de 0,7 million d'euros de la part de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF).

La signature du mémorandum d'entente à Lomé a ouvert la voie au lancement des études préalables, notamment l’étude de faisabilité et l’évaluation d'impact social et environnemental, et à la prestation de services de conseil relatifs au projet. Le mémorandum d'entente établit les rôles et les responsabilités des deux pays au sein de l'organisation et au niveau de la mise en œuvre du projet.

‘La signature du mémorandum d'entente marque le début de la concrétisation d’une idée née dans les années 1970, pour fournir un approvisionnement en eau potable depuis Sogakopé, au Ghana, jusqu’aux habitants de Lomé ainsi qu'aux communautés riveraines de ce pipeline transfrontalier’ explique Akissa Bahri, coordonnatrice de la FAE.

Une fois les études préalables achevées et le projet mené à bien, plus de quatre millions de personnes, au Togo et au Ghana, bénéficieront ainsi d'un approvisionnement amélioré en eau potable.

Les subventions de l’AWF et de l’ALSF prépareront le terrain à la mobilisation de 100 millions d'euros auprès du secteur privé dans le cadre d'un partenariat public-privé, en vue de financer les infrastructures nécessaires.

La Ghana Water Company Ltd fera office d'agence d'exécution du projet.

Les sources d'eaux souterraines du Togo, qui approvisionnent Lomé et ses faubourgs sont menacées d'épuisement car surexploitées, et leur qualité se dégrade. L’immense fleuve Volta au Ghana, qui se déverse dans le Golfe de Guinée, affiche un débit important, qui représente une source d'eau douce à même de compléter les maigres ressources en eaux de surface du Togo. Ce projet se veut un moyen de renforcer la coopération sous-régionale, par le partage des ressources du Volta.

La Synergie des travailleurs du Togo (STT) n’est pas du tout satisfaite des 909 millions de francs CFA prévus par le gouvernement pour apurer la différence des salaires observée en 2014.

Après avoir reconnu que des efforts ont été faits par rapport au versement des 909 millions aux fonctionnaires au titre de la différence des salaires observée en 2014, la base de la Synergie des travailleurs du Togo (STT) a décidé de poursuivre son mot d’ordre de grève de 48 heures ce vendredi 30 janvier 2015.

Par cette mesure, la STT a ainsi décidé d’aller à l’encontre de la demande faite par le gouvernement aux organisations syndicales de surseoir au mot d’ordre de grève et aux travailleurs aussi bien du secteur public que du privé de vaquer librement à leurs occupations. Elle veut contraindre le gouvernement à satisfaire à toutes les revendications qui datent de 2013.

La STT exhorte le gouvernement à poursuivre le lundi 26 et le mardi 27 janvier les discussions avec les centrales syndicales afin que des solutions soient trouvées aux autres points de la plateforme revendicative. Les travailleurs se sont entendus par ailleurs sur un autre mot d’ordre de grève de trois jours.

« Si les discussions de ces deux jours ne donnent rien, la STT entre en grève de trois jours les mercredi 28, jeudi 29 et vendredi 30 janvier 2015 », a déclaré Dr Gilbert Tsolenyanu, porte-parole de la STT.

Selon le communiqué du gouvernement rendant public le paiement de la différence des salaires, aucune date n’est précisée pour la satisfaction des autres points de la plateforme revendicative.

La vision de faire du Togo un pays moderne passe par la politique des grands travaux. Depuis plus de 5 ans, le président de la République togolaise, président fondateur du pari UNIR s’est résolument lancé sur le chantier des travaux d’infrastructure routière à grande échelle. De Lomé à Cinkassé, les routes et les pistes rurales se revêtent d’une peau neuve.

La réhabilitation des routes se poursuit sur la Route Nationale N°5. Le mardi 20 janvier 2015 le Président Faure Gnassingbé a lancé les travaux de réaménagement du tronçon Kpélé Govié-Atakpamé long de 66,1 km. La cérémonie s’est déroulée à Amlamé (150 km de Lomé).

Les travaux de modernisation de ce tronçon permettront d’une part de désenclaver les localités de cette région des Plateaux et d’autre part de faciliter l’acheminement des produits agricoles. Ces travaux dureront 16 mois et sont confiés aux entreprises GER, Sourou BAT et Der Arabe Contraktors. Le coût total du projet s’élève à 44 milliards de Fcfa financés sous forme de prêts par le Fonds saoudien de développement (FSD) et la Banque islamique de développement (BID).

Les préparatifs de la prochaine élection présidentielle au Togo ont démarré avec la révision des listes électorales dans la Zone 1 le mardi 20 janvier 2015. Selon la répartition établie par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la première zone concerne les préfectures de la Région Maritime et deux préfectures du Sud du Togo. Cette première zone concerne notamment : le Grand Lomé et les préfectures des Lacs, de Zio, de Vo, de Yoto, du Bas-Mono, d’Agou et de Kloto.

Démarrée un peu timidement le premier jour, les agents recenseurs ont relevé quelques petites insuffisances, notamment la non disponibilité des salles, le manque d’électricité dans certains centres de recensement et surtout le déploiement des kits qui a pris du retard.

Dans l’ensemble, l’opération se déroule dans de bonnes conditions, selon le témoignage des agents recenseurs. Cette révision dans la Zone 1 est prévue pour durer du 20 au 26 janvier 2015.

Cette révision s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la présidentielle de 2015, à l’issue de laquelle les Togolais vont porter leur choix sur un président de la République pour un mandat de 5 ans.

Le Comité de base

Le Comité de base est la structure de base de UNIR. Le Comité de base est une unité de voisinage et un organe de proximité. Il regroupe les membres du Parti appartenant à une même aire géographique. Il se constitue soit dans un quartier, dans un village ou dans une agglomération si l'effectif des membres appartenant à cet espace permet d'y installer une structure viable. Il recueille les préoccupations et les suggestions des populations à la base, prend en compte leurs besoins et participe à la définition et à la mise en exécution des actions de développement à la base.

Le Comité cantonal, sous-comité cantonal et comité de zone

Le Comité cantonal est constitué de l'ensemble des Comités de base dans le ressort territorial d'un canton. Il est l'organe de mobilisation d'animation et d'encadrement des militants des comités de base de son ressort. Il coordonne les activités de l'ensemble des Comités de base du canton.

Pour les grands cantons comprenant plusieurs villages dispersés, les Comités de base peuvent se constituer en sous-comités cantonaux regroupant les Comités de base de quelques villages.

Dans une commune, les Comités de base peuvent être organisés en Comités de zone regroupant au moins dix Comités de base. Le bureau du Comité de zone est formé à l'image du Comité cantonal et joue le même rôle que celui-ci.

Le Comité de Coordination Préfectorale ou Communale

Le Comité de Coordination préfectorale ou communale est une structure de coordination et d'appui des activités de UNIR dans le ressort territorial d'une préfecture, une sous-préfecture ou une commune.

Le Comité de Coordination assure principalement la formation des membres des Comités cantonaux et des Comités de base ainsi que la communication et l'information.

Le Comité de Coordination est également chargé de tisser des liens solides et permanents entre les électeurs, les militants et les élus du Parti afin de favoriser la confiance entre les élus et la population. Il contribue à l'ancrage du Parti sur le terrain ainsi qu'à une plus grande proximité entre les élus et les électeurs.

Le Comité de Coordination opère en étroite collaboration avec le Comité de coordination régionale et le Secrétariat exécutif.

La Coordination régionale

Il est créé au niveau de chaque région une Coordination Régionale ayant pour missions de concevoir, coordonner et superviser la formation des militants et des cadres, de partager les expériences politiques des différentes préfectures de la Région, d'appuyer les activités politiques et de développement des structures préfectorales et de régler les conflits entre les militants.

La Coordination régionale est dirigée par un Coordonnateur régional nommé par le Président du parti sur proposition du Bureau Politique. Le coordonnateur régional est assisté d'un(e) adjoint(e) par préfecture issu(e) du mouvement des cadres de la préfecture. Les modalités de choix des Adjoints par préfecture sont fixées par le Règlement Intérieur des mouvements de cadres.

Les Coordonnateurs régionaux sont placés sous l'autorité d'un vice-président du Parti.

Le Bureau Politique

Le Bureau politique est l'organe d'orientation politique du Parti. Il est chargé de veiller à ce que l'orientation politique générale du Parti soit conforme à celle définie par le Congrès, et le Conseil national. Dans l'intervalle des sessions du Conseil national, et du Congrès, le Bureau politique analyse la situation politique, économique et sociale, ainsi que la situation internationale et prend les décisions qui s'imposent ou que nécessite le bon fonctionnement du Parti.

A cet effet, il prépare les dossiers politiques et éclaire sur les questions touchant aux divers domaines du développement socioculturel, économique et géopolitique.

Le Conseil National

Le Conseil national est une instance délibérante du Parti entre deux Congrès. Il sert de structure de suivi de l'exécution des orientations, des directives et des résolutions du congrès. Il analyse la situation politique, économique et sociale ainsi que la situation internationale et prend les décisions qu’imposent ou que nécessite le bon fonctionnement du Parti.

Le Congrès

Le congrès est l'instance délibérante suprême du Parti. Il est composé des représentants de tous les organes et instances du Parti et de personnes ressource.

Le nombre et les modalités de désignation des délégués au Congrès par préfecture ou par commune sont fixés par le Bureau politique.

Le Congrès est dirigé par un Président et deux rapporteurs élus en son sein.

Le Congrès se réunit, en session ordinaire, tous les trois (03) ans, sur convocation du président du Parti. Il peut être convoqué en session extraordinaire sans condition de délai.

Les mouvements du Parti

Mouvement des femmes du parti

Le Mouvement des femmes du Parti est chargé d'assurer la mobilisation, l'encadrement et la formation politique des Femmes du parti; de promouvoir le débat et la réflexion sur les problèmes de développement spécifiques aux femmes ainsi que sur les questions relatives au genre, à la promotion et à l'épanouissement de la femme togolaise. Il veille à la participation équitable entre hommes et femmes dans la gestion du Parti et dans la vie de la nation.

Mouvement des jeunes du parti

Le Mouvement des jeunes du Parti est chargé d'assurer la mobilisation, l'encadrement et la formation politique des jeunes du Parti et de promouvoir le débat et la réflexion sur les questions spécifiques aux jeunes. Le Mouvement des jeunes, veille à l'implication et à la participation active des jeunes dans la conception et dans la mise en œuvre des stratégies et des politiques de développement au niveau local et national.

Mouvement des cadres du parti

Le mouvement des cadres du Parti est chargé d'apporter un appui technique à la mise en œuvre des activités du parti à tous les niveaux, de promouvoir et de mener le débat et la réflexion sur les stratégies, les politiques et les priorités de développement. Le Mouvement des cadres a aussi pour mission de servir de relai entre les instances nationales du parti et les populations à la base en contribuant à la formation, à l'information et à la communication sur les orientations, les valeurs et les objectifs de UNIR, son fonctionnement, les processus électoraux ainsi que les questions et les sujets d'actualité. Le Mouvement des cadres regroupe dans une préfecture les cadres du Parti, en activité ou retraités, relevant du secteur public ou privé, les leaders d'opinion, les opérateurs économiques, ressortissants ou résidents dans la préfecture ou y ayant d

Qu’est-ce que UNIR ?

UNIR est un Parti politique porté sur les fonts baptismaux lors de son Assemblée générale constitutive du 14 avril 2012 à Atakpamé. Il est fondé sur les valeurs d'ouverture, de tolérance et de respect mutuel. Il est fermement attaché à la forme républicaine, laïque, sociale et démocratique de l'État. Il est axé sur le développement économique et social.

Son emblème est une colombe blanche prenant son envol.

La couleur du Parti est le bleu turquoise.

Fondements

Le parti politique « Union Pour la République - UNIR » est né du constat et de la volonté de son Président Fondateur, Faure Essozimna Gnassingbé. Il a fait le constat qu’il faut donner à l’ensemble de la population togolaise et de l’environnement politique un nouveau cadre d’expression plus ouvert et à l’écoute de tous, pour la mise en œuvre d’une politique de développement socio-économique inclusif.

UNIR est un nouveau parti avec de nouveaux textes fondateurs (nouveaux statuts, nouveau règlement intérieur, nouveau règlement financier) et une nouvelle approche de la politique.

Tous les militants de UNIR sont égaux, sans distinction ni de sexe, ni de religion, ni d’âge, sans primauté de certains sur d’autres et sans discrimination aucune.

C’est donc un nouveau parti porteur d’une nouvelle vision, d’une nouvelle culture et d’une nouvelle approche de la politique au Togo.

Il a pour vocation, à :

  • Unir toutes celles et ceux qui au-delà de leur appartenance politique d’en temps sont aujourd’hui convaincu des idéaux de UNIR,
  • Unir dans un même mouvement politique toutes celles et tous ceux qui croient en ce parti et en son programme de société,
  • Unir dans un élan démocratique toutes celles et tous ceux qui croient dans la vision de paix et de développement socio-économique de son initiateur, Faure Essozimna Gnassingbé.

Les objectifs de UNIR

  • Concourir à l’expression du suffrage universel,
  • Exercer le pouvoir dans le respect des valeurs de la république,
  • Coopérer dans la paix, l’amitié et la solidarité avec les autres formations politiques poursuivant les mêmes idéaux,
  • Concourir au développement économique et social.

Les valeurs du Parti

  • La démocratie,
  • La consolidation de la nation,
  • La forme républicaine de l’Etat, à son caractère laïque, social et démocratique,
  • L’état de droit,
  • L’Égalité entre la femme et l’homme
  • Le suffrage universel,
  • Les valeurs universelles relatives aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales
  • Les idéaux de paix, d’amitié, et de solidarité

Positionnement et stratégie

Au regard du nouveau contexte politique, économique et social, le nouveau parti veut se positionner comme un grand mouvement politique capable d’être le reflet de l’ensemble de la population dans toute sa diversité, tenant compte des courants qui le traversent mais également comme le grand mouvement qui réconcilie les togolais avec la politique.

UNIR veut se positionner comme:

  • Le parti le mieux structuré et le plus organisé, un parti dont le fonctionnement ne souffre d’aucun dysfonctionnement,
  • Le meilleur parti en termes de qualité de sa ressource humaine (disposant de nombreux cadres et militants).
  • Le parti au sein duquel les valeurs démocratiques sont promues et ou le débat interne est le plus important
  • Le parti de l’avenir et du progrès, c’est à dire le parti le plus prometteur (capable de proposer de nouvelles méthodes et un nouveau discours politique), un parti capable de construire et de bâtir ce pays).

Un Parti dont:

  • les idéaux, le projet de société, le programme politique, bien lisibles répondent aux attentes des populations,
  • l’action, le discours au quotidien répond aux préoccupations des populations,

Le parti a opté pour l’instaurationde nouveaux rapports avec les populations, l’électorat et les entités qui forgent l’opinion publique nationale (société civile, médias privés, diaspora, etc.),

Méthode d’action

Dans la Gestion en interne

  • La bonne implantation territoriale du parti,
  • La bonne représentativité au sein du parti, de ses instances, organes, mouvements etc.
  • La qualité humaine et le leadership individuel efficace des militants et des cadres
  • La bonne répartition des rôles au sein du parti,
  • Le travail en équipe et le maintien permanent de sa cohésion,
  • Un leadership démocratique et efficace à tous les niveaux,
  • Une bonne communication en interne (quand les informations et les prises de décisions faites par les dirigeants et organes du parti sont partagées avec les membres et qu’il y a une bonne communication interne, les membres sont mieux informés et comprennent la politique et les actions du parti et participent plus efficacement au relais vers la masse),

Vers une meilleure définition de la politique nationale

  • Bonne prise en compte des préoccupations des populations au plan local (consultation des populations locales pour mieux comprendre leurs préoccupations ainsi que leurs attentes)
  • Bonne identification des objectifs et recherche de solutions au plan local
  • Bonne remontée des préoccupations et attentes vers les instances dirigeantes (Ces informations permettront au parti de prendre des décisions et développer des stratégies politiques)

L’Union pour la République (UNIR), par la voix du président de son groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, Christophe Tchao, continue d’imputer le nouveau blocage des discussions autour de la proposition de loi de réformes politiques à l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

La cérémonie marquant le 41e anniversaire de l'attentat contre le général Gnassingbé Eyadema(décédé le 5 fevrier 2005) au mémorial où se trouve l'épave de l'avion sur le site même du crash a été présidé par le président Faure Essozimna Gnassingbé ce samedi à Sarakawa, (préfecture de la Kozah)

Unir Togo

UNIR est un Parti politique porté sur les fonts baptismaux lors de son Assemblée générale constitutive du 14 avril 2012 à Atakpamé et signifie « Union pour la République ».

Vidéo

watch?v=7MuhmcXfcgI