Le Président de la République Faure Gnassingbé a procédé ce vendredi 16 février 2018 à l’inauguration d’une unité pharmaceutique de production de solutés intraveineux à Avéta dans la préfecture du Zio (25 Km de Lomé).

Premier du genre en Afrique de l’Ouest Francophone, ce complexe industriel installé sur une superficie de 10 hectares est une société pharmaceutique qui va produire des solutés intraveineux de haute qualité pour desservir le Togo et plusieurs pays de la sous-région.

DO PHARMA est dotée des équipements technologiques Blow Gill Seal (BFS).  Elle dispose d’un département d’ingénierie, de production, d’assurance qualité et de contrôle qualité.

D’un cout global de 2 milliards de FCFA, ce projet bénéficie d’un accompagnement financier de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et de la Banque d’Investissement  et de Développement de la CEDEAO (BIDC).

Avec un personnel de 300 techniciens, cette usine pharmaceutique entend mettre chaque année sur le marché 18 millions de flacons de solutés intraveineux.

« Cette usine va permettre de limiter la dépendance des importations, lutter contre les produits contrefaits et améliorer le système de santé en augmentant l’accès aux soins primaires », a indiqué Dr Guy Dovi-Akué, Président du Conseil d’Administration de Do pharma.

Pour le ministre de la Santé et de la Protection Sociale, Prof Moustapha Mijiyawa, la mise en service de cette unité de production pharmaceutique contribuera à assurer des soins de qualité à la population togolaise et mettra également  fin aux multiples tracasseries auxquelles les pharmaciens sont confrontées lors des livraisons.

www.unir.tg

Une délégation du Mouvement des Femmes Unir (MFU) s’est rendue ce vendredi 16 février 2018 au Stade JCA d’Agoè, où elle a procédé au nom du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé à une  remise de kits alimentaires à la vaillante population de ladite localité.

dons mfu4.jpg

Au total, 1200 lots de vivres ont été offerts à la population qui a fait le déplacement pour la circonstance.

Composés de riz, d’huile, et de tomates, ces kits devront permettre aux couches défavorisées de s’assurer une ration alimentaire équilibrée en cette période de jeûne chrétien.

Pour la Déléguée Nationale du Mouvement des Femmes Unir, la Militane Raymonde Kayi Lawson De Souza, ce geste de grande générosité traduit l’attachement et l’attention que le Président de la République, Faure Gnassingbé accorde à la population togolaise dans son ensemble et précisément aux fidèles catholiques.

dons mfu2.jpg

« Nous avons été envoyées par le Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé pour témoigner son affection aux populations vulnérables d’Agoè et de ses environs surtout en cette période où nos frères et sœurs catholiques sont en carême », a-telle  indiqué.

La délégation a saisi l’occasion pour demander à la population de prier l’Eternel pour l’aboutissement heureux du dialogue politique inter-togolais qui s’est ouvert hier à Lomé.

Plusieurs villes de l’intérieur du pays bénéficieront de cette distribution de kits alimentaires dans les prochains jours.

Les bénéficiaires ont salué à sa juste valeur ce geste du Président de la République Faure Gnassingbé et lui ont  témoigné par ailleurs leur total engagement à soutenir sa politique  sociale.

En Décembre 2017, ce regroupement de femmes affilié au parti présidentiel avait octroyé du matériel médical et des kits alimentaires au Centre Hospitaliers Préfectoral de Kpalimé.

www.unir.tg

Annoncé le 2 février dernier par les émissaires des Chefs d’Etats Ghanéen et Guinéen, le dialogue politique inter-togolais s’est ouvert ce 15 février 2018 avec les travaux préparatoires à Lomé.

A en croire le porte-parole du groupe de facilitation, l’Ambassadeur Daniel Osseï, cette 1ère séance de travail a essentiellement porté sur le règlement intérieur devant régir le déroulement des pourparlers.

« Aujourd’hui les deux parties, je veux parler de l’Union pour la République et la coalition des 14 partis de l’opposition se sont réunis en comité préparatoire pour définir le règlement intérieur qui va régir le déroulement du dialogue », a indiqué Daniel Osseï, membre du Groupe de facilitation.

Le dialogue proprement dit débutera le 19 février prochain.

dial j11.jpg

Le groupe de facilitation conduite par le ministre ghanéen en charge de la Sécurité nationale, Albert Kan-Dapaah, salue les progrès enregistrés dans les travaux préliminaires.

Les parties prenantes notamment les représentants du parti présidentiel Union pour la République (UNIR) et ceux de la coalition des 14 partis politiques de l'opposition n’ont fait aucune déclaration.

 

Les militants Aklésso Atcholé (Secrétaire Exécutif), Malik-Kanka Natchaba (Délégué National du Mouvement des Jeunes Unir) et Yawa Dzigbodi Tségan (Trésorière Générale du Bureau National) prennent part aux discussions au nom du grand parti Union pour la République.

Les travaux du comité préparatoire se poursuivront demain vendredi à 14 heures.

www.unir.tg

La 2ème vice-présidente de l’Université de Lomé (UL), Mme Kafui Kpegba et Dr Michel Kodom, président de l’Associations Internationale des Médecins pour la promotion de l’Education et la Santé en Afrique (AIMES-Afrique) ont procédé à la signature d’une convention de partenariat, ce mercredi 14 février 2018 à Lomé.

D’une durée de 5 ans, ce partenariat qui relie désormais l’Université de Lomé à cette association internationale devra permettre la mise en place d'un cadre de recherches adéquates pour les étudiants et enseignants-chercheurs de l’UL.

En retour, ces recherches renforceront les capacités de l’association AIMES-Afrique pour la réussite de son projet «  les 10 villages de AIMES-Afriques ».

« A travers cette convention, nous allons leur offrir notre cadre qui doit servir de source d’informations et un creuset de recherches et d’études scientifiques, fournir des informations ou données statistiques des activités de AIMES-Afrique », a déclaré Dr Serge Michel Kodom, Président de AIMES-Afrique.

Ce partenariat poursuit-il « contribuera à redorer le blason des recherches et études des enseignants-chercheurs et étudiants par l’octroi des bourses de recherches dans le cadre de la rédaction des mémoires de Master et de thèse de doctorat ».

La Vice-présidente de l’UL, a salué ce partenariat qui, selon elle, donnera un coup de pousse à la division médecine préventive du Centre des Œuvres Universitaires de Lomé (COUL).

www.unir.tg

Le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé a reçu ce mercredi 14 février 2018 au palais de la Présidence, le grand rapport annuel des Forces Armées Togolaises (FAT) au cours d’une rencontre avec les généraux et les officiers supérieurs de l’Armée togolaise.

Conduite par le Général de Brigade, Félix Abalo Kadanga, Chef d’Etat-major Général des FAT, cette traditionnelle rencontre entre le Chef de l’Etat, Chef suprême des Armées et les officiers supérieurs des FAT a pour ultime but de faire le bilan des différentes activités et missions accomplies tant sur le plan national qu’international.

Le grand rapport 2017 de l’Armée togolaise présente en substance des avancées notoires dans le domaine sécuritaire grâce aux actions du Chef de l’Etat allant dans le sens de la préservation de la paix et du vivre ensemble.

IMG-20180215-WA0003.jpg

Ces actions se traduisent par le processus de refondation de l’Armée enclenché par Faure Gnassingbé.

Les FAT ont saisi cette occasion pour témoigner leur gratitude et réaffirmer leur engagement à soutenir la politique de paix du Président de la République Faure Gnassingbé.

« Les Forces Armées Togolaises fidèles à leur engagement soutiennent sans réserve, votre politique de la main tendue afin d’amener tous les fils et filles du pays autour d’une table de discussion dans le but de trouver des solutions pérennes à la crise sociopolitique », a indiqué le Lt-Col Komlan Togni, Commandant du Collège Militaire Eyadéma de Tchitchao.

La clairvoyance et le tact avec lesquels le Chef de l’Etat a su canaliser les tensions sociopolitiques de ces derniers mois ont été salués par l’armée togolaise.

Ces officiers ont réitéré par ailleurs à Faure Gnassingbé, leur engagement à veiller et protéger la population, à lutter contre toute menace de nature à saper les efforts de réconciliation et de développement.

IMG-20180215-WA0001.jpg

Le traditionnel grand rapport des FAT est une rencontre annuelle entre le Chef de l’Etat, Chef suprême des Armées et les officiers supérieurs de l’armée togolaise.  Cette rencontre permet à ces derniers de porter un regard rétrospectif sur les  différentes missions accomplies au cours de l’année écoulée et jeter les bases et stratégies pour affronter les autres défis qui se profilent à l'horizon.

www.unir.tg

A quelques heures du démarrage du dialogue inter-togolais, le Mouvement des Jeunes Unir (MJU) a rencontré ce mercredi 14 février 2018 à Lomé,  la jeunesse togolaise pour la 3ème fois consécutive.

Axée autour de la thématique « Dialogue inter-togolais, quel impact sur la jeunesse », cette séance s’inscrit dans le cadre des « Rencontres Unies »  du Mouvement des Jeunes Unir.

L’objectif de cette rencontre est de sensibiliser et de recueillir les attentes des jeunes du parti Union pour la République sur le dialogue politique qui s’ouvre ce jeudi 15 février 2018 entre les acteurs politiques togolais.

mju dial1.jpg

Pour ne pas rester en marge des grandes décisions qui sortiront de cette rencontre, le MJU met les bouchées doubles pour susciter un engouement chez la jeunesse.

« En prélude au dialogue politique qui s’ouvre demain, nous avons jugé bon d’échanger avec la jeunesse pour lui faire comprendre que ce dialogue est un facteur de décrispation de l’atmosphère sociopolitique togolaise. C’est pour nous une occasion d'appeler la jeunesse togolaise en général et celle de notre parti à rester mobilisée dernière ce dialogue afin qu’il connaisse un succès », a laissé entendre Noël De Poukn, Délégué Chargé à la mobilisation et aux affaires électorales.

Le Délégué national du Mouvement des Jeunes Unir, Malik-Kanka Natchaba a rappelé aux participants que « le Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé est totalement engagé pour l’épanouissement de la jeunesse togolaise ». Il a aussi appelé les participants à faire preuve de maturité et à œuvrer pour le développement du Togo.

mju dial 2.jpg

Les participants ont tous émis le vœux de voir ce dialogue qu’ils souhaitent « inclusif » aboutir à de grandes résolutions devant permettre à la nation togolaise d’en finir une fois de bon avec ces agitations politiques que le pays a connues ces derniers mois.

www.unir.tg

L’association Agir Ensemble pour les Droits des Victimes Sociopolitiques au Togo (AEDVSTO) a présenté ce mercredi 14 février 2018, l’ensemble de ses activités aux professionnels des médias lors d’une conférence de presse tenue à Lomé.

Placée sous le thème « Rendons justice aux victimes des violences des manifestations politiques », cette rencontre avec la presse a permis aux responsables de l’AEDVSTO d’expliquer à l’opinion nationale et internationale les aspects clés de son cahier de charge.

Aider et apporter une assistance aux victimes des récentes manifestations politiques qu’a connues le Togo ces derniers mois, tel est le but fondamental de cette jeune organisation de la Société Civile qui a vu le jour au lendemain des violentes manifestations du 19 aout 2017.

victimes 2.jpg

Selon le président de l’AEDVSTO, Simplice Anato, suite à une enquête menée sur l’ensemble du territoire national, ils ont pu recenser à ce jour une centaine de compatriotes qui a subi des dommages corporels ou matériels lors de ces malheureux évènements.

« Pour éviter que ces situations malheureuses ne surviennent encore sur notre territoire, nous apportons à la population togolaise, un message de paix, d’amour du prochain et du patriotisme», a-t-il précisé.

Au regard des innombrables dégâts matériels et des pertes en vies humaines enregistrés, l’AEDVSTO a condamné ces « actes de vandalisme » qui ont entamé « le tissu économique et remis en cause l’espoir de la jeunesse ».

 Dans la déclaration liminaire, l’AEDVSTO a appelé les autorités togolaises à prendre la mesure de la chose en « révisant la loi de 2011 des libertés de manifestation publique afin d’y introduire des précisions majeures sur les conditions de jouissance de ces droits et libertés » pour la sauvegarde de l’unité nationale et de la paix sociale. 

victimes 1.jpg

L’association Agir Ensemble pour les Droits des Victimes Sociopolitiques au Togo entend lancer dans les jours à venir un collectif avec les autres organisations de défense des droits des victimes sociopolitiques du Togo pour une lutte plus efficace.

www.unir.tg

Suite aux manifestations politiques entamées depuis le 19 août 2017, le REJADD et le RAIDHS ont sorti un rapport qui accable le gouvernement togolais. Ce rapport préliminaire fait état de plus de 100 morts et des corps enterrés dans des fosses communes. Le gouvernement rejette ces allégations qui sont de nature à troubler la paix et la cohésion sociale.

Voici en intégralité le communiqué du gouvernement.

Dans sa parution numéro 2613 du mardi 13 février 2018, le quotidien togolais privé

« Liberté » a publié à la une, un titre relatif à la répression des manifestations politiques survenues depuis le 19 aout 2017 dans notre pays en ces termes :

Nous citons

« Plus de cent morts, des corps enterrés dans des fosses communes

Rapport explosif du REJADD et RAIDHS

Les deux ODDH relèvent des crimes de tortures, des crimes de génocide… ». Fin de citation

Les réseaux sociaux ont, quant à eux, repris l’intégralité du rapport visé par ce journal.

Généralement, lorsqu’un rapport de cette nature est établi sur la situation des droits de l’homme d’un pays, il est d’usage que ledit rapport soit d’abord communiqué au gouvernement.

Tel n’a pas été le cas en l’espèce, le gouvernement togolais n’ayant été officiellement à aucun moment saisi de ce rapport.

C’est donc avec stupéfaction et indignation que le gouvernement a eu connaissance de la publication d’un tel rapport dit « préliminaire », dont la finalité serait, selon ses auteurs, nous citons de « mieux informer sur les actes de violences dont ils ont été les témoins oculaires, de la part des forces de défense et de sécurité à l’encontre de citoyens aux mains nues ». Fin de citation

Par ailleurs, le rapport fait état, nous citons, « (du) lourd bilan provisoire de cette répression (qui) s’établit à plus de cent (100) morts, généralement par balles ou par exécutions extrajudiciaires, parmi lesquels on compte des enfants, des milliers de blessés par balles ou victimes de sauvages passages à tabac…, des milliers d’arrestations, des milliers de déplacés et d’exilés … ». Fin de citation.

Les signataires dudit rapport sont le Regroupement des jeunes africains pour la démocratie et le développement (REJADD) et le Réseau africain pour les initiatives de droits de l’homme et de solidarité (RAIDHS).

Le gouvernement tient à souligner que tous les efforts déployés pour joindre ces derniers en vue de confronter leurs sources d’informations, ont été vains, leurs contacts téléphoniques s’étant révélés inopérants.

Le gouvernement entend exprimer sa vive réprobation et sa désapprobation face aux allégations contenues dans ce rapport insultant, tendancieux et manipulateur et voudrais situer l’opinion nationale et internationale sur le sujet.

Le gouvernement n’a jamais manqué de démontrer sa bonne foi et sa volonté de transparence en faisant régulièrement le point sur les manifestations organisées par les partis politiques, lesquelles manifestations sont encadrées depuis novembre 2017 par un observatoire mis en place par le gouvernement et associant les organisations de défense de droits de l’homme, la commission nationale des droits de l’homme

(CNDH), les forces de sécurité et les organisateurs des manifestations.

Depuis le 19 août 2017, le bilan des morts résultant des manifestations tel qu’issu du monitoring de la plupart des organisations de défense des droits de l’homme (ODDH) fait état diversement de neuf (09) morts (WANEP) ; dix (10) plus deux (02) morts (Amnesty international), 14 morts (CACIT) et vingt (20) morts pour les organisateurs.

En réalité ce bilan est de sept (07) morts par balles et sept (07) morts pour diverses causes dont deux (02) militaires égorgés.

Il en résulte que les chiffres avancés dans le rapport du REJADD et du RAIDHS n’ont aucune commune mesure avec la réalité. De plus, toutes les supputations relatives aux milliers d’arrestations, aux milliers de blessés par balles, de l’existence de fosses communes, d’exécutions extrajudiciaires, d’enlèvements et disparitions contenues dans le rapport, sont dénuées de tout fondement et ne reposent sur aucune preuve palpable.

C’est pourquoi le gouvernement ne saurait admettre que des allégations de nature à troubler la paix et la cohésion sociale viennent, une fois de plus, remettre en cause les efforts qui sont inlassablement entrepris pour renforcer les acquis en matière de droits de l’homme dans notre pays et créer les conditions optimales d’un meilleur vivre ensemble.

Le gouvernement s’indigne, rejette fondamentalement ces allégations et déplore par conséquent, les affirmations tendancieuses et irresponsables des deux organisations auteurs dudit rapport et appelle toutes les organisations de défense des droits de l’homme à plus d’objectivité et de professionnalisme dans l’accomplissement de leur mission.

Le gouvernement se réserve le droit de donner au moment opportun une suite judiciaire au contenu de ce rapport.

Fait à Lomé, le 13 février 2018

Le gouvernement

Lancé officiellement le 05 février dernier à l’occasion du 13ème anniversaire du rappel à Dieu de Feu Général Gnassingbé Eyadema par le Réseau Diaspora Force de Développement du Togo (RDFDT), le « tournoi du 5 février » a connu son épilogue ce samedi 10 février 2018 sur le terrain du Lycée d’Agoè à Lomé.

Quatre équipes de football (Hirondelles FC de Togblé, Olympic FC de Légbassito, CSJ Mounass et Hollyday FC) de la préfecture d’Agoè ont pris part à ce gala de football qui s’est disputé en une seule journée.   Hirondelle FC de Togblékopé remporte le trophée mis en jeu en battant en finale le CSJ Mounass d’Agoè- Nyivè sur un score de 1-0.

Ce tournoi a permis aux responsables du Réseau Diaspora Force de Développement du Togo (RDFDT) de rendre un hommage à Feu président Gnassingbé Eyadema pour les actions qu’il a menées de son vivant pour l’enracinement et la consolidation de la paix au Togo et partout ailleurs en Afrique. Ils ont également sensibilisé les jeunes du Grand Lomé et de ses environs sur la nécessité de préserver la paix, gage de tout développement et de soutenir la politique du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

agoe2.jpg

« C’est un sentiment d’accomplissement qui nous anime au soir de cette finale; tout s’est déroulé comme prévu. Nous profitons de cette occasion pour remercier le Président de la République, Son Excellence Faure Gnassingbé pour sa politique de développement surtout envers la jeunesse togolaise. Nous lui témoignons une fois encore notre soutien », a déclaré Dénis Koudoagbo, Président du RDFDT.

A travers ce tournoi, a-t-il poursuivi, le RDFDT lance un appel à tous les Togolais de la diaspora à œuvrer pour le rayonnement du Togo.

Le RDFDT salue le fair-play qui a régné dans la compétition et  ambitionne poser la première pierre pour la construction d’un Centre de formation des jeunes artisans dans les jours à venir.

agoe3.jpg

La 2ème édition du « Tournoi du 5 février » et de la « Coupe de la paix » aura lieu en février 2019.

www.unir.tg

Le Président de la République Faure Gnassingbé a formulé ce vendredi 9 février 2018, de bonnes intentions à l’endroit de la compatriote Mathilde- Amévi Petitjean, qui participe à la 23ème édition des jeux olympiques d’hiver à Pyeongchang en Corée du Sud.

« Je souhaite bonne chance à notre compatriote Mathilde-Amévi Petitjean qui nous honore aux jeux olympiques de PyeongChang 2018 », a écrit Faure Gnassingbé sur son compte Twitter.

Le Chef de l’Etat a également appelé tous les Togolais résidant au Togo ou à l’étranger à soutenir la skieuse de fond qui défend les couleurs du Togo à cette compétition internationale qui se déroule du 09 février au 25 février 2018.

Après sa participation aux jeux Olympiques de Sotchi en 2014,  et au Ski Tour Canada en 2016, Mathilde Amévi Petitjean, porte étendard de toute la nation togolaise, concourra le 13 février dans l’épreuve de sprint et le 15 février dans l’épreuve de distance (10 km).

www.unir.tg

Unir Togo

UNIR est un Parti politique porté sur les fonts baptismaux lors de son Assemblée générale constitutive du 14 avril 2012 à Atakpamé et signifie « Union pour la République ».

Vidéo

watch?v=7MuhmcXfcgI