Pour que le coton togolais intègre les chaînes de valeur et les circuits internationaux, le Distingué Militant du parti à l'emblème de colombe blanche dans un carré bleu a misé sur sa transformation locale. Avec l'installation prochaine de la Togo Clothing Company (TCC), une usine de confection textile sur la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA), c'est l'aboutissement d'une promesse, d'un engagement. Et surtout d'une vision. Celle de positionner le Togo comme une plaque tournante régionale de l’industrie textile.


Dans les détails, l'installation de cette usine de fabrication de vêtements débutera le mois prochain et son exploitation effective à partir de mai 2022. Elle fournira des services tout au long de la chaîne de valeur et de l’approvisionnement en coton traçable. Pour la gamme de vêtements à tricoter, 750 machines sont annoncées avec 2 000 emplois directs à la clé. D'un investissement total de 20 milliards de francs CFA, l'usine devrait générer 23 milliards de francs CFA de valeur à l'exportation.

Lire également / Intégration économique : le poste juxtaposé de Noépé bientôt opérationnel


Togo Clothing Company (TCC) se veut un modèle durable et révolutionnaire dans le textile en Afrique de l’Ouest. "La création de la Togo Clothing Company est l’accomplissement d’une étape importante pour la toute récente Plateforme Industrielle d’Adetikopé. (...) Cette réalisation montre ce que des investisseurs habiles et audacieux peuvent faire au Togo", a indiqué à cet effet Sani Yaya, ministre  de l’Economie et des Finances. Des investisseurs de plus en plus séduits par les réformes initiées par le Distingué Militant dans l'amélioration du climat des affaires et la promotion de l'investissement privé.



Pour preuve, International Trading Company (ITCRmg), initiateur du projet, est un fabricant de textile basé en Inde. Reputée et très connue, l’entreprise produit depuis 2001 une large gamme de produits tricotés : des pulls, des pull-overs, des cardigans, des écharpes, des gants et des bonnets. Plus loin, l'entreprise fournit des clients internationaux comme Macy’s, Van Heusen, Tommy Hilfiger ...

En inaugurant en juin dernier, la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA), le Distingué Militant réalisait sa promesse de doter le Togo d'une infrastructure intégrée et multisectorielle.

En clair, un catalyseur de la transformation de l’écosystème industriel. Et c'est bien le cas depuis lors avec l'installation des chaînes industrielles à haute valeur ajoutée. Telle PIA M AUTO ELECTRIC MOBILITY, une société de fabrication de véhicules électriques. La signature du démarrage officiel des activités a lieu le lundi 20 septembre dernier.

Lire également : Zlecaf / Faure Gnassingbé travaille sur les retombées positives pour le Togo

Sur le site de la plateforme, la société procédera à la fabrication et au montage des véhicules électriques. Une première en Afrique à partir du Togo. Selon les chiffres avancés, la capacité de production de l’usine sera de 1 000 véhicules par jour, et 30 000 par mois. Elle peut même produire jusqu’à 3 000 quotidiennement, si le gouvernement le souhaite. Plus loin, 50% de cette production sera deployée sous forme de flotte. C'est-à-dire que les motos électriques seront mis à disposition gratuitement aux citoyens selon un modèle de paiement sur l'utilisation. Et il a pour nom "Pay as you go Model", Paie comme tu consommes.



 Conformément à la vision du Premier Militant de privilégier l'employabilité et l'autonomisation des femmes dans toutes les politiques de son gouvernement, PIA M AUTO ELECTRIC MOBILITY va employer jusqu'à 60 % de femmes dans la mise en place de l'usine. Des femmes issues prioritairement de communautés à faibles revenus et qui seront recrutées comme des mécaniciennes, où elles apprendront, seront formées et seront certifiées pour être pleinement opérationnelles dans le domaine de la mobilité auto-électrique.

Avec cette nouvelle société, la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) poursuit la réalisation de l'ambition du Distingué Militant en terme d’inclusion, de distribution équitable des bénéfices de la croissance et d’une meilleure protection sociale. Fruit d’un partenariat public-privé entre l’État togolais et ARISE IIP, filiale du groupe ARISE, la PIA a nécessité un investissement de 130 milliards de FCFA (200 millions d’euros) dans sa première phase d’exécution, prévue sur 129 hectares.

© Copyright © 2019 UNIR | Design by ITPLEX