×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 34512

Le développement du Togo passe par la mobilisation d'importants investissements pour la réalisation des grands projets contenus dans la feuille de route gouvernementale. Conscient de la nécessité de rendre le secteur des affaires très attractif pour favoriser les investissements privés et étrangers, le Distingué militant a jugé utile de dédier un ministère à la promotion des investissements afin de mieux coordonner les actions et faire ainsi du Togo la destination privilégiée des gros investisseurs dans la sous-région.


Cette décision judicieuse porte déjà des fruits. En quête de nouveaux marchés, les hommes d'affaires surtout et les investisseurs africains ou même étrangers privilégient de plus en le Togo. En permanente transformation, le pays est sur la table des pays où il faut investir en Afrique de l'Ouest. En cause, une attractivité et des indicateurs de performance qui couvrent d'innombrables opportunités. Il est bon d'investir au Togo. Et les leviers pour s'y engager existent. Sans cesse, de profonds changements structurels sont entrain d'être observés surtout avec la mise en oeuvre de la feuille de route gouvernementale qui favorise un tel atout.

Lire également : Le MIFA, un catalyseur des investissements privés dans le secteur agricole

Pour le Premier militant, Faure Essozimna Gnassingbé, le Togo présente dans chaque secteur des opportunités certaines surtout de par sa position géographique en Afrique de l'Ouest. La compétition étant très rude entre les pays sur le chemin du développement il est préférable de miser sur des particularités. Il faut alors changer de paradigme. C'est ce qui a été fait avec des leviers clés pour des résultats efficients. La vision est claire, faire du Togo un hub logistique et financier d’excellence. Pour cela, d'importants investissements ont été mobilisés pour interconnecter le Togo non seulement par des infrastructures routières mais un aéroport international moderne, un port autonome avec une célérité de traitement des marchandises vers la sous-région.


Cette politique d'ouverture et d'allègement des procédures a permis à de nombreuses sociétés panafricaines et surtout à plusieurs banques internationales d’installer leurs sièges et opérations à Lomé(SFI, Ecobank, Asky...) D'autres secteurs comme le secteur agricole et le secteur des TIC ont été privilégiés. Avec l'idée innovante des agropoles, des ZAAP, de la mise en place du MIFA S.A et de la PIA, le potentiel agricole du Togo est mis en exergue avec des solutions adaptées telles que la mobilisation des financements et la valorisation du capital humain. Ce n'est pas tout. L'assainissement des finances publiques et la qualité de la gouvernance ont été également décisifs.

Lire aussi : 5,3% de croissance du PIB : Le Togo renoue avec la reprise et la performance

 

Faire du secteur privé le moteur de la croissance de l’économie togolaise telle est la vision du Distingué militant déclinée dans le Plan national de développement.

A cet effet, plusieurs actions ont été menées et se poursuivent en vue d’améliorer le climat des affaires au Togo et attirer davantage d’investisseurs privés au Togo. Même si la pandémie liée au coronavirus a porté un coup dur aux économies et aux prévisions de croissance, le Togo a développé une stratégie résiliente pour relancer son économie. Il s’agit de la ‘Stratégie des 3R’ (Riposte, Résilience et Relance). Dans cette nouvelle stratégie, le secteur privé a toujours un important rôle à jouer. A cet effet, le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud-Togo) s’engage à soutenir le secteur privé pour lui permettre de mieux jouer son rôle.

Lire également : Plateforme Industrielle d’Adétikopé / M Auto Electric Mobility va fabriquer des véhicules électriques au Togo

Bientôt un cadre de coopération permanent regroupant le Conseil national du Patronat et le Pnud sera mis en place.  Ce cadre servira de terrain d’échanges pour sonder les difficultés auxquelles est confronté le secteur et proposer des approches de solutions. Par ailleurs, il est prévu l’organisation prochaine d’une rencontre entre les acteurs du secteur privé et les autres représentations onusiennes, a indiqué le Représentant-résident du PNUD au Togo M. Aliou Dia.
Rappelons que le PNUD est un partenaire important du Togo dans la réalisation des projets de développement et surtout dans le cadre du processus de décentralisation.

Premier port naturel en eau profonde de la sous-région ouest africaine pouvant accueillir des navires de 3è génération, le port autonome de Lomé ne cesse d’enregistrer une évolution de son trafic qui est passé de 22,7 millions de tonnes en 2019 à 25,5 millions de tonnes en 2020. En effet, depuis presqu’une décennie, le port de Lomé a entamé une mue pour être plus compétitif et au rang des actions d’envergure pour sa modernisation figure la digitalisation.

C’est depuis 2014 que le port autonome de Lomé a entamé le processus de digitalisation de ses services. La dynamique enclenchée a permis de mettre en place dans un premier temps un guichet unique pour le commerce extérieur. Le 4 mars 2021, le port de Lomé amorçait la digitalisation complète des procédures d’enlèvement des marchandises et de payement en ligne. Ceci conformément à la vision du Distingué militant de faire de Lomé un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre.

Modernisation du port autonome de Lomé, une préoccupation majeure du Distingué militant

Franchir le cap de la digitalisation des services de la plateforme portuaire de Lomé est un atout majeur qui vient s’ajouter aux avantages et qualités exceptionnels du port de Lomé qui est d’ailleurs une référence dans la sous-région. Faut-il le préciser ? La digitalisation des services au port de Lomé offre plusieurs avantages notamment la facilité, la célérité, la transparence dans les opérations d’enlèvement des marchandises et dans le paiement en ligne des factures. Par ailleurs, les procédures manuelles classiques qui sont souvent sources de perte de temps et d’erreurs font désormais partie du passé.

Lire également / Modernisation de la justice : Le casier judiciaire en ligne désormais une réalité

La plateforme portuaire de Lomé consolide ainsi son statut de hub régional. Il est d'ailleurs classé comme le premier port à conteneurs de la côte ouest africaine par l'analyste néerlandais Dynamar. Rappelons que le port de Lomé fait également partie du cercle très restreint des 120 ports conteneurs mondiaux, répertoriés par le consultant Alphaliner.

© Copyright © 2019 UNIR | Design by ITPLEX