Confronté à la récurrence de la criminalité et au risque de l’infiltration de jihadistes, le Togo n'a de cesse de relever son niveau de vigilance. Très préoccupé, le Distingué Militant, Faure Gnassingbé innove et multiplie les efforts en matière de renseignements de défense et de sécurité. Soucieux de la sécurité et du bien-être de ses compatriotes, le Chef de l’Etat et le gouvernement ont adopté, ce mardi en conseil des ministres, deux projets de décrets relatifs à la mise en œuvre du programme Système d'Information des Polices d'Afrique de l'Ouest (SIPAO).


Toujours à la pointe de la mobilisation sous-régionale, le Togo marque alors le pas. En effet dès 2012, les États membres de la CEDEAO avait adopté le programme SIPAO pour mutualiser les ressources face à la criminalité transnationale et ses dérivés tels que la piraterie maritime, le terrorisme ou le trafic de stupéfiants. L'adoption des décrets premet l'implémentation de ce système au plan national à travers la création Centre d'Informations de Police du Togo (CIPT) et du fichier central national des données policières de la République togolaise (FCNDP). S'inscrivant dans le cadre de la loi du 30 octobre 2019 relative à la protection des données à caractère personnel, le décret ordonne d'assurer la gestion et le traitement de données automatisée d’informations de police pour faciliter la collecte, la centralisation, la gestion, l’analyse et l’échange d’informations criminelles provenant de tous les services chargés impliqués.



Du coup, ce système permettra d’accroître la célérité policière dans le respect des droits de l'homme et de proximité avec les populations. Pour cela, un autre décret, le second porte création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité National d'Orientation de ce Programme SIPAO. "Son adoption permettra aux services impliqués de mettre en place une coordination efficace pour le bon fonctionnement du programme au niveau de chaque pays", a indiqué le communiqué du conseil des ministres.

Lire également : Alimentation scolaire au Togo / 187.152 sur 300.000 élèves bénéficient de repas scolaires réguliers et nutritifs.

La sécurité des personnes et des biens est une constance chez le Distingué Militant. Et l'adoption de ces deux décrets vient parachever l'ambition politique et le  processus opérationnel enclenché dans ce sens. Comme quoi, des promesses, Faure Gnassingbé passe toujours aux actes. Surtout quand le bien-être et la sécurité de ses concitoyens sont en jeu.

Priorité des priorités, compte tenu des menaces diverses et surtout de la montée du  terrorisme, la sécurisation du territoire est un enjeu central de l'ambition du Distingué Militant, Faure Gnassingbé.

Il l'a longuement martelé lors de la présidentielle dernière. Une fois élu, il s'est engagé à faire du maintien de la paix et de la diplomatie au Sahel, une stratégie de gouvernement. Des réformes prioritaires et des projets ont été alors inscrits au cœur de l'ambition 3 de l'axe stratégique 1 de la feuille de route du gouvernement qui est d'assurer la paix et la justice pour tous.

Lire également : Maintenir la paix et la sécurité, une urgence pour le Distingué militant Faure Gnassingbé

Sur ce chantier, la première priorité tenue a été l'adoption de la loi de programmation militaire pour sanctuariser et renforcer les investissements dans le secteur militaire face à la menace terroriste - ciblant un ratio de dépenses de défense sur PIB de 4%. Selon le texte voté par les députés en décembre 2020, plus de 722 milliards de francs CFA seront consacrés en terme de budget au renforcement des équipements de ses forces armées. Il en ressort de même que l'effectif des Forces Armées Togolaises (FAT) actuellement de 17 773 hommes sera augmenté à 22 020 d'ici 2025.

En raison de l'infiltration djihadiste du Sahel vers les pays côtiers dont le Togo, le Distingué Militant a opté pour une stratégie basée sur quatre axes fondamentaux. En priorité, il s'agit de la participation du Togo à une coopération multilatérale au service de la stabilité régionale et interrégionale. La preuve, l'armée togolaise est impliquée dans les opérations de stabilisation et de paix au Tchad, au Mali... Ensuite, une exportation de la vision togolaise de la paix vers tous les voisins. Tertio, le soutien aux processus de normalisation politique, de transition démocratique et efforts de réconciliation nationale par l’entremise de la médiation. Et enfin l’appui à une gouvernance responsable pour plus d’inclusion sociale et politique dans les États de la région.

Tous ces efforts sont menés avec l'implication effective et une écoute personnelle du Distingué Militant. Ce fut le cas d'ailleurs de sa visite le 8 février dernier aux militaires qui campent à la base d’opérations de Koundjoare dans le nord du pays pour les féliciter et les encourager : "Pendant longtemps, l’insécurité provoquée par les mouvements jihadistes et les groupes armés et terroristes s’est cantonnée dans les pays du Sahel. Mais les terroristes n’ont jamais caché à personne leur objectif et leur ambition d’infiltrer les pays côtiers", a-t-il dit.

© Copyright © 2019 UNIR | Design by ITPLEX