En dehors des mécanismes contributifs et des initiatives spécifiques, moins de 8% de la population togolaise bénéficie d'une protection sociale contre le risque maladie. Mais la santé étant une priorité de cohésion sociale placée au cœur de la politique (P3 de l'Axe 1 de la feuille de route 2020-2025) de développement du Distingué Militant, il s'est alors avéré la nécessité de mieux articuler le dispositif de couverture et de l'étendre progressivement à tous les ménages togolais (y compris les salariés du secteur privé, les agriculteurs, les artisans, les étudiants…) permettant de réduire de plus de 80% la part du coût des soins de santé. C'est ce qu'a fait l’Assemblée Nationale en adoptant le 12 octobre 2021, la loi instituant l'Assurance Maladie Universelle au Togo.

De cent neuf (109) articles répartis en dix-sept (17) chapitres et six (6) titres, cette loi vise à garantir l'accès aux soins de santé de qualité à tous les togolais "sans discrimination liée notamment à l'âge, au sexe, à la race, à la religion, à l'état de personne handicapée, à la nature de l'activité, au niveau et à la nature du revenu, aux antécédents pathologiques ou aux zones de résidence sur le territoire" (Art. 4). Sont par ailleurs garanties selon le texte voté, les prestations de soins inhérentes à la maladie, aux accidents non professionnels, à la maternité et à la réhabilitation physique et fonctionnelle ( Art. 21).

Lire également : Les députés adoptent le projet de loi instituant l’assurance maladie universelle au Togo

Et c'est sur cette ouverture du droit aux prestations (Chap.2) que le Distingué Militant et son gouvernement ont été très innovants. 02 régimes sont identifiés : le régime d'assurance maladie obligatoire de base (RAMO) et le régime d'assistance médicale (RAM). Le premier est subordonné au paiement préalable des cotisations (Art.46) et dédié aux agents publics et assimilés, les travailleurs régis par le code du travail... Tandis que le second (Art.49) s'adresse à ceux dans l'incapacité temporaire ou définitive de contribuer d'elles-mêmes à l'assurance maladie obligatoire. Il sera par ailleurs déterminer les taux et les assiettes des cotisations... des assurés relevant du RAMO ainsi que les mécanismes et procédures spécifiques pour les personnes relevant du RAM (Art.59).



En ce qui concerne la prise en charge même de l'assuré, la loi en son article 28 dispose qu'elle "peut être effectuée soir par tarification à l'acte, sur la base de la liste des prestations garanties mentionnée à l'article 22 de la loi, sous forme de forfait déterminé par pathologie ou par groupe homogène de maladies ou enfin sous forme de capitation selon tout autre mécanisme permettant de garantir la performance, l'efficience, la pérennité et la viabilité de l'Assurance Maladie Universelle (AMU)". Ine fine, l'objectif du Premier Militant est de contribuer de façon  significative à l'amélioration de l'offre de soins de santé, notamment en termes de qualité et d'accessibilité à tous.

Enfin, pour la gestion et la régulation de l'Assurance Maladie Universelle (AMU), la loi a prévu la création de deux organes de gestion (Art.52 & 54). Dans l'un et l'autre, il s'agira d'établissement public doté de la personnalité juridique et d'autonomie de gestion administrative et financière qui sera lié à l'Etat par un contrat d'objectifs. Des décrets pris en conseil des ministres viendront en fixer les missions et les attributions. D'ailleurs, 23 décrets au total sont prévus dans le texte pour faciliter son application.

Lire aussi / Santé de la mère et de l’enfant au Togo : le programme Wezou, une avancée remarquable

Le Togo est l'un des modèles cités dans la gestion judicieuse de la crise sanitaire liée au Coronavirus. En effet, dès la survenance de cette pandémie, le Distingué militant a pris d'importantes mesures afin d'éviter que cette crise sanitaire ne découle sur une crise sociale. C'est ainsi que les populations vulnérables ont bénéficié entre autres du programme de transferts monétaires Novissi, de la prise en charge des frais d'électricité et d'eau, de la gratuité des frais d'inscription aux différents examens, d'un fonds d'aide pour le secteur privé et récemment la gratuité des frais scolaires pour l'année académique 2021-2022...

Toutes ces mesures sociales ont bien évidemment un coût. En somme, toutes les mesures prises pour juguler les effets de cette crise ont coûté au Togo près de 260 milliards de FCFA selon les dernières estimations de la Banque mondiale. Sont inclues les dépenses supplémentaires liées à la Covid-19, ou encore des abandons de recettes rapportés au PIB brut de 2020 (environ 4300 millions FCFA).

Lire également : 5,3% de croissance du PIB / Le Togo renoue avec la reprise et la performance.

Selon les données publiées par la Banque mondiale, sur le continent africain, le Togo est le 5è pays ayant consacré le plus de ressources budgétaires à la riposte contre le coronavirus, derrière l'Île Maurice (près de 9% de son PIB), la Guinée Bissau (un peu plus de 6%), les Seychelles, et le Rwanda.


L'engagement du Premier militant à "ne laisser aucun togolais pour compte" explique toutes les actions socio-économiques menées en faveur des couches vulnérables et surtout des acteurs du secteur informel. Désormais le pays est tourné vers la relance de son économie et envisage une croissance de 5,3% de son PIB en 2021.

La modernisation de l'agriculture étant une alternative efficace pour réduire le chômage des jeunes et faire reculer la pauvreté dans les communautés rurales, le Premier militant a opté pour  la construction de 80 "Zones d’aménagement agricole planifiées (ZAAP)" dans les cinq (5) régions que comptent le pays, en ajout au 38 déjà existantes.

Avec près de 40% du PIB, le secteur agricole est considéré comme l'un des importants leviers de croissance de l'économie togolaise. Et les ambitions affichées par le Distingué militant Faure Gnassingbé pour booster le secteur agricole sont claires et réalistes. C'est ainsi que d'importantes actions et réformes ont été effectuées pour la modernisation de l'agriculture et faciliter l'investissement privé agricole ainsi que l'émergence d'entrepreneurs locaux agricoles.

Lire également / L'agriculture comme moteur du développement durable : les IFAD, un pilier sûr
                                                                        
Grâce aux ZAAP, il est précisement prévu l’aménagement de 24 hectares dans la région des Savanes, 24 dans la région de la Kara, 5 dans la région Centrale, 11 dans la région des Plateaux et 16 dans la région Maritime. A cette étape de réalisation des Zones d'aménagement agricoles planifiées,  les travaux de démarrage  portent sur l’identification des terres auprès des collectivités locales ainsi que les levées topographiques, et l’organisation des producteurs.


                                    
L’implantation des ZAAP vise à créer un cadre favorable pour moderniser l'agriculture et la rendre plus productive grâce à la mécanisation et à la mise en valeur des terres cultivables. En somme, le Distingué militant veut offrir des cadres coopératifs aux agriculteurs, améliorer la productivité,  booster les rendements et moderniser l’agriculture nationale. L'ambition est de parvenir à installer 400 ZAAP, à raison d’une zone par canton sur toute l’étendue du territoire. Avec l'accélération de la mise en place des ZAAP,  le Premier militant entend lutter contre le chômage des jeunes et promouvoir l'autonomisation des femmes. A cet effet, il a décidé  que 30% des superficies soient attribuées aux femmes.

Participant en mars 2021 à une conférence sur l’urgence climatique et la situation de la Covid-19, le Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé s’est engagé à participer au  renforcement de  la résilience climatique sur le continent africain.

Il a affirmé que les pays africains payaient le plus lourd tribut au dérèglement climatique et de ce fait il était urgent que le Togo adhère au programme d’accélération de l’adaptation en Afrique.

“Le climat n’attendra pas que nous en ayons fini avec le Covid-19. Les impacts systémiques doivent donc être abordés dans une approche d’égale urgence”, avait signifié le Président de la République.

Pour lui, l’on doit obligatoirement intégrer une réponse urgente aux changements climatiques dans les approches de solutions contre les impacts de la crise sanitaire.

"Renforcer notre résilience aux changements climatiques, c’est aussi renforcer notre capacité à récupérer des chocs divers et à nous relever de la covid-19 et de ses conséquences. Que les plans de relance ne soient plus financés et mis en œuvre que pour autant, mais qu’ils intègrent une réponse pertinente aux changements climatiques. Le vert est l’avenir de la planète”, a suggéré le Chef de l’Etat.

Pour finir, Faure Essozimna Gnassingbé a invité les pays et les acteurs climatiques à mener des discussions franches sur un prix mondial du carbone tel qu’envisagé dans l’accord de Paris.

Notons que le Togo se prépare déjà pour participer du 31 octobre au 12 novembre 2021 à la COP 26 à Glasgow.

En 2005, 18% des togolais et des localités avaient accès à l'électricité. En 2020, ils sont 50% et environ 485 543 ménages électrifiés (plus de trois millions de personnes). Dans les engagements pris lors de la présidentielle 2020 le Distingué Militant souhaite qu’ils soient 75 % en 2025… et 100 % en 2030 en intégrant notamment l’accès de 300.000 foyers à l’énergie à travers les kits solaires via le programme Cizo.

En toute logique, Faure Gnassingbé enchaîne les stratégies et les programmes conformément à la Priorité 5 de l'axe stratégique 1 de la feuille de route gouvernementale. Tout dernier, le Programme Electricité Pour Tous (PEPT) qui sera lancé en 2022.

Dans cette perspective, la Ministre Déléguée auprès du Président de la République chargée de l’Énergie et des Mines, Mila Aziablé était récemment en Côte d’Ivoire où elle est allée s’imprégner du même modèle en cours de déploiement depuis 2018.   En clair, ce programme vise à favoriser l’accès des populations à l’électricité, à travers l’assouplissement des formalités de branchement et la facilité de paiement pouvant s’étendre avec un échelonnement sur une durée de trois ans pour les ménages mieux nantis et de dix ans pour les citoyens à faible revenu. Sont ciblés prioritairement, les populations des zones rurales et des petits centres urbains.

Lire également : Électrification en milieu rural, un atout pour la promotion de l’éducation de qualité

Ces dernières années, le Distingué Militant a conduit une politique énergétique permettant l'implémentation de ce programme. Environ 20 milliards de F CFA sont déjà injectés dans des travaux de renforcement et d’extension du réseau électrique de l’agglomération de Lomé. Plus de 70 km de réseaux souterrains existants ont aussi été modernisés avec la construction de plus de 50 postes de distribution dans tout le pays. Le réseau a été étendu sur 230 km de lignes sans oublier l'acquisition par la Compagnie Energie Électrique du Togo (CEET) de kits de branchement.

 

Ce programme donnera un coup d'accélérateur à la réduction de la dépendance en matière d’approvisionnement et favorisera l’accès des populations à des services énergétiques fiables et modernes et à un coût abordable. "Notre ambition est d’intensifier et d’accélérer les actions afin qu’aucun togolais ne soit laissé de côté", avait promis le Premier Militant.

Atteindre l'indépendance énergétique du Togo d'ici 2030, telle est l'une des priorités majeures du Distingué militant Faure Gnassingbé. Avec l’appui donc des partenaires au développement, il s’est engagé  à électrifier tout le pays et surtout les zones rurales où le taux d'électrification est le plus bas. Comme le dit d'ailleurs l'axiome " sans électricité pas de développement ", pour le Premier militant le développement passe aussi par une éducation de qualité.


La politique d’électrification du Togo se traduit en partie par le partenariat avec la GIZ sur le projet ProEnergie II. Couvrant une période de trois ans (2020-2023), le ProEnergie II vise  à pallier à la faiblesse de la couverture électrique dans les milieux reculés en prévoyant un accès universel à l’électricité d’ici 2030 au Togo. Pour accroître le taux d’électrification surtout dans les zones rurales, le Distingué militant a lancé plusieurs projets notamment la construction de la centrale solaire photovoltaïque de Blitta et la mise en œuvre du projet CIZO depuis 2017.

Lire également / Promesse tenue : ‘’Togo Clothing Company’’ pour la promotion du textile togolais

Il faut retenir que le projet ProEnergie II est une suite de celui axé sur l’approvisionnement décentralisé en énergie  entre 2017 et 2020. Par l’accompagnement de la GIZ, l’Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables (AT2ER) et la Direction Générale de l’Energie (DGE) mettent les ressources nécessaires en œuvre pour l’application de cette politique nationale d’électrification. L’énergie solaire reste ainsi un pilier majeur dans l’atteinte de cet objectif.



A travers ce projet, le gouvernement dans sa vision veut permettre à toutes les couches surtout les plus vulnérables d’avoir accès à l’électricité qui est l’un des atouts majeurs pour l'atteinte des prévisions économiques, agricoles, sociales, sanitaires d’une part et l'amélioration de la qualité de l’éducation d’autre part.

 

Pour que le coton togolais intègre les chaînes de valeur et les circuits internationaux, le Distingué Militant du parti à l'emblème de colombe blanche dans un carré bleu a misé sur sa transformation locale. Avec l'installation prochaine de la Togo Clothing Company (TCC), une usine de confection textile sur la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA), c'est l'aboutissement d'une promesse, d'un engagement. Et surtout d'une vision. Celle de positionner le Togo comme une plaque tournante régionale de l’industrie textile.


Dans les détails, l'installation de cette usine de fabrication de vêtements débutera le mois prochain et son exploitation effective à partir de mai 2022. Elle fournira des services tout au long de la chaîne de valeur et de l’approvisionnement en coton traçable. Pour la gamme de vêtements à tricoter, 750 machines sont annoncées avec 2 000 emplois directs à la clé. D'un investissement total de 20 milliards de francs CFA, l'usine devrait générer 23 milliards de francs CFA de valeur à l'exportation.

Lire également / Intégration économique : le poste juxtaposé de Noépé bientôt opérationnel


Togo Clothing Company (TCC) se veut un modèle durable et révolutionnaire dans le textile en Afrique de l’Ouest. "La création de la Togo Clothing Company est l’accomplissement d’une étape importante pour la toute récente Plateforme Industrielle d’Adetikopé. (...) Cette réalisation montre ce que des investisseurs habiles et audacieux peuvent faire au Togo", a indiqué à cet effet Sani Yaya, ministre  de l’Economie et des Finances. Des investisseurs de plus en plus séduits par les réformes initiées par le Distingué Militant dans l'amélioration du climat des affaires et la promotion de l'investissement privé.



Pour preuve, International Trading Company (ITCRmg), initiateur du projet, est un fabricant de textile basé en Inde. Reputée et très connue, l’entreprise produit depuis 2001 une large gamme de produits tricotés : des pulls, des pull-overs, des cardigans, des écharpes, des gants et des bonnets. Plus loin, l'entreprise fournit des clients internationaux comme Macy’s, Van Heusen, Tommy Hilfiger ...

Très engagé sur les questions liées à l’intégration régionale économique, le Distingué militant Faure Gnassingbé n’a de cesse de multiplier les actions pour la mise en œuvre effective de la Zlecaf. Véritable symbole de l’intégration économique sous régionale, le poste de contrôle juxtaposé de Noépé-Akanu qui relie le Togo et le Ghana sera opérationnel d’ici la fin de l’année 2021. L’annonce a été faite à la suite d’une réunion ministérielle entre les deux Etats frontaliers le 8 octobre dernier.

 
Le communiqué sanctionnant les travaux de cette réunion ministérielle précise que les deux Etats ont convenu de « contribuer à hauteur d’1 million de dollars $ par chaque pays pour la mise en œuvre immédiate des travaux visant à rendre le site opérationnel, avant la fin de l’année 2021. En outre, chaque année, les Etats allouent des ressources budgétaires et financières suffisantes pour la Gestion du PCJ ». Si le poste de contrôle juxtaposé de Noépé a été inauguré en octobre 2018 par Leurs Excellences Faure Gnassingbé du Togo et Nana Akufo-Addo, il faut reconnaître que des difficultés opérationnelles et techniques ont empêché son opérationnalisation effective depuis lors. Ce sont ces difficultés que cette réunion ministérielle s’attelle à résoudre.

Lire également : Zlecaf / Faure Gnassingbé travaille sur les retombées positives pour le Togo

Construit sur une superficie de 17 ha, le poste de contrôle juxtaposé de Noépé-Akanu est une initiative de la CEDEAO. Il vise à promouvoir la gestion intégrée des frontières et l'interconnectivité des systèmes douaniers. Il présente un enjeu logistique et économique majeur entre les deux pays et contribuera à fluidifier la circulation des biens et des personnes. Par ailleurs, c’est un maillon essentiel à la réussite du projet de marché africain commun. Rappelons que le dynamisme du Distingué militant pour le développement des économies africaines et l’effectivité de l’intégration économique lui a valu d’être désigné par ses pairs comme le ‘‘Champion du Marché unique de transport aérien africain.’’

 




La préfecture de Kpélé a reçu la visite du militant Tsogbé Yao Agbessi, représentant de la Présidente de l’Assemblée nationale, la militante Yawa Djigbodi Tsègan. Une visite qui vient à point nommé donner le sourire aux meilleurs élèves aux différents examens de l’année scolaire écoulée.

La remise des prix s’est déroulée à la mairie de Kpélé Elé (Commune Kpélé 2) puis à l’auditorium d’Adéta (commune Kpélé 1) en présence des maires des deux communes, des autorités administratives et traditionnelles de la préfecture.

Le militant Tsogbé Yao Agbessi était également porteur du message de félicitations de la Présidente de l’Assemblée nationale. Il a en son nom, transmis les salutations fraternelles du Président de la République, le Distingué militant Faure Essozimna Gnassingbé, qui s'implique personnellement en prenant des mesures idoines pour que la cette année scolaire se déroule dans les meilleures conditions malgré la pandémie de la covid-19.

Il a souhaité une bonne reprise des classes à tous les acteurs du système éducatif tout en insistant sur le respect strict du protocole sanitaires pris par le gouvernement pour freiner la propagation de la pandémie du coronavirus. Il a exhorté les personnes en âge de se faire vacciner à aller le faire le plus tôt possible afin d’éviter les formes graves de la maladie.