×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 34512

L'indice de la démocratie togolaise n'a de cesse de s'améliorer conformément aux engagements du Distingué Militant.

Vendredi dernier, les députés ont adopté lors de la 5è séance plénière de la 2è session ordinaire de l'année 2021 trois projets de loi introduits et relatifs aux modifications de la loi portant code électoral, de la loi relative à la décentralisation et aux libertés locales, et de la loi fixant les conditions d'exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques. Des modifications importantes et faisant suite aux propositions formulées lors de la Concertation Nationale entre Acteurs Politiques (CNAP).

Lire également : Vers le renforcement du cadre juridique pour les partenariats publics-privés

Ces aménagements sont en vérité souhaités par les 17 partis politiques aussi bien de l'opposition politique que de la majorité ayant participé à l'une des trois (03) dernières élections au Togo à savoir la présidentielle du 22 février 2020, les locales du 30 juin 2019 et les législatives du 20 décembre 2018. En clair, des modifications dans un esprit de dialogue, de tolérance politique et de concertation auxquels reste très attaché le Distingué Militant.

Dans les articles modifiés et créés, le  code électoral renforce la  pratique démocratique dans le  fonctionnement des institutions et la transparence du processus électoral. Pour ce qui est de la loi fixant les conditions d'exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques, des assouplissements ont été introduits tels que l'interdiction de manifester dans certaines zones et l'augmentation de la plage horaire qui passe de 07 heures (de 11h à 18h) à 08 heures (de 08h à 17h).

D'autres modifications proposées ouvrent la voie à l’organisation des élections régionales. C'est le cas des articles modifiés dans la loi relative à la décentralisation. Le nombre de conseillers par région passe de 21 à 25 pour les régions dont la population est inférieure ou égale à 900 000 habitants. De même, il est désormais acté la création d'une agence chargée de la formation des conseillers et agents des collectivités territoriales dénommée Agence Nationale de Formation des Collectivités Territoriales (ANFCT).

Toute une série de mesures qui en plus de renforcer l'existant répond à l'ambition du Distingué Militant d'assainir le cadre électoral et de contribuer à la solidité de la démocratie togolaise. "Le nouveau code électoral sera rigoureusement mis en application dans les prochains jours en commençant par la mise en place d'une nouvelle CENI conforme aux nouvelles dispositions", a annoncé Payadowa Boukpessi, le ministre de l'Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales. Bien avant lui, c'est le Militant Atcholi Aklesso, Président du groupe parlementaire UNIR qui se veut plus précis dans sa consigne de vote : "Nous réformons pour renforcer. Nous réformons pour protéger. Nous réformons pour un Togo qui change".

Lire également : Assemblée nationale / le Débat d’Orientation Budgétaire sur le Document de Programmation Budgétaire et Économique Pluriannuelle (DPBEP) 2022-2024 a tenu toutes ses promesses

Homme pragmatique et de conviction, le Distingué militant vient une fois encore de prouver sa bonne foi et son attachement à la paix et au dialogue. En effet, à la lecture du communiqué du conseil des ministres de ce jeudi 9 septembre 2021, l’on constate que la plupart des recommandations faites par les acteurs politiques au sein du CNAP sont déjà prises en compte pour le bon déroulement des prochaines élections régionales au Togo. Ceci juste six semaines après la présentation des conclusions des travaux de la CNAP en conseil des ministres.

Sur initiative du Distingué militant, d’importantes décisions ont été prises en conseil ce jeudi. Il s’agit de l’adoption de trois avant-projets de loi relatifs aux modifications de la loi portant code électoral, de la loi relative à la décentralisation et aux libertés locales et celle fixant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques.

Par ailleurs, le communiqué précise que « ces modifications qui traduisent les évolutions majeures du cadre électoral et territorial viennent confirmer l’esprit de dialogue et d’ouverture qui a présidé aux travaux de la CNAP ».

Nul besoin de rappeler que, les discussions politiques, au sein du cadre de la Concertation nationale des acteurs politiques ont été initiées à la demande du Distingué militant dans le but de s’accorder sur des mesures concrètes pour apaiser le climat politique au Togo. Toutefois, il convient de relever que déjà en début d’année le Distingué militant, lors de son adresse à la nation, exprimait son vœu « d’inscrire la cohésion nationale au rang des priorités pour l’avenir ».

Lire également / Quinquennat du Président Faure Gnassingbé, le parti UNIR très impliqué dans la gouvernance à travers le dialogue

© Copyright © 2019 UNIR | Design by ITPLEX